Liens d'accessibilité

Une plateforme créée pour soutenir Ali Bongo à la présidentielle


Le président Ali Bongo Ondimba du Gabon, à Washington, 31 mars 2016 (VOA/Idriss Fall)

Le président Ali Bongo Ondimba du Gabon, à Washington, 31 mars 2016 (VOA/Idriss Fall)

Ce mouvement, composé notamment des partis de la majorité présidentielle et de certains partis d'opposition, d'associations et de syndicats, affirme rassembler 2.000 personnes convaincues "qu'Ali Bongo Ondimba est pour le moment le meilleur atout pour le Gabon", affirme un communiqué de Dynamique plurielle.

Un nouveau mouvement politique baptisé "Dynamique plurielle pour Ali Bongo Ondimba" a été lancé samedi à Libreville pour soutenir le président sortant, candidat à un second mandat lors de l'élection qui doit se tenir entre août et octobre.

Ce mouvement, composé notamment des partis de la majorité présidentielle et de certains partis d'opposition, d'associations et de syndicats, affirme rassembler 2.000 personnes convaincues "qu'Ali Bongo Ondimba est pour le moment le meilleur atout pour le Gabon", affirme un communiqué de Dynamique plurielle.

"Ce rassemblement vise à transformer les individualités que nous sommes ou que nous étions en un mouvement puissant, en une unité d'action", a commenté lors de ce lancement, le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication, Alain-Claude Bilie By Nze.

Présenté comme "un espace d'expression", Dynamique plurielle affirme vouloir "faire dialoguer les citoyens de toute sensibilité politique, de toutes origines et de tous milieux" et "présenter, en toute bonne foi, le bilan du président de la République".

Le mouvement appelle tous ses compatriotes à "faire le même choix et se détourner résolument de toute voie susceptible de créer inutilement désordre et division au sein de la nation".

Le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) a été ébranlé ces derniers mois par d'importantes dissensions et les démissions de plusieurs caciques du régime dont l'ex-président de l'Assemblée nationale Guy Nzouba Ndama fin mars, suivi par une dizaine de députés.

La plupart des partis opposition, qui ont un temps affiché la volonté de présenter un candidat unique pour battre le président Bongo lors du scrutin présidentiel qui prévoit un seul tour, sont quant à eux divisés par les guerres d'ego.

Plusieurs personnalités ont déjà annoncé leur candidature à l'élection présidentielle, notamment l'ancien président de la commission de l'Union africaine Jean Ping, M. Nzouba Ndama et l'ex-Premier ministre Raymond Ndong Sima.

XS
SM
MD
LG