Liens d'accessibilité

RDC-M23: une partie de la délégation gouvernementale quitte Kampala


Le ministre congolais des Affaires étrangères Raymond Tshibanda (à g.) discute avec un porte-parole du M23 à Kampala (17 septembre 2013)

Le ministre congolais des Affaires étrangères Raymond Tshibanda (à g.) discute avec un porte-parole du M23 à Kampala (17 septembre 2013)

Malgré tout, le médiateur ougandais reste optimiste, et certaines consultations se poursuivent.

Crise de la non-signature entre le M23 et Kinshasa: Une partie de la délégation du gouvernement congolais a quitté Kampala pour Kinshasa, suite à l’échec entre les deux parties, lundi, qui ne sont pas parvenus à s’entendre au moment de la signature, sur un document rédigé avant la défaite militaire du M23.

Malgré tout, le médiateur ougandais reste optimiste, et certaines consultations se poursuivent.

Des observateurs de l'ONU, de l'Union africaine, de l’Europe et des Etats-Unis avaient fait le déplacement à Entebbe pour la signature. Fort de sa victoire militaire sur les rebelles, le gouvernement congolais voudrait modifier l’intitulé du document et le qualifier de «Déclaration» ou de «Conclusion» plutôt que d’Accord, car pour Kinshasa le M23 n’existe plus.

Le général rebelle Sultani Makenga et environ 1500 de ses hommes sont actuellement détenus en Ouganda où ils se sont rendus début novembre 2013

Le général rebelle Sultani Makenga et environ 1500 de ses hommes sont actuellement détenus en Ouganda où ils se sont rendus début novembre 2013



e facilitateur ougandais est allé jusqu’à mettre en garde la délégation gouvernementale, en disant que le M23 risquait de se regrouper à nouveau pour reprendre la rébellion.

Dans une déclaration commune, plusieurs envoyés spéciaux pour les Grands Lacs, les Etats-Unis, l’Europe, l’Union africaine, de même que le représentant de l’ONU en RDC Martin Kobler, ont estimé primordial d'aboutir à "une conclusion politique", même après la défaite du M23.

Ecoutez Kampala Jean-Serge Kambasu, secrétaire permanent du Bureau politique du M23, expliquer le blocage au niveau de la signature.


M. Kambasu n’a pas voulu s’étendre sur le contenu du document en question afin de respecter, dit-il, la procédure de principe entre les parties. Le porte-parole du gouvernement congolais n’était pas joignable mardi pour une réaction.
XS
SM
MD
LG