Liens d'accessibilité

Une application pour Smartphone permet d’offrir des tests de la vue


Selon les inventeurs de l’application, elle pourrait sauver des millions de personnes de la cécité

Selon les inventeurs de l’application, elle pourrait sauver des millions de personnes de la cécité

Une nouvelle application téléchargée sur Smartphone individuel utilise une caméra pour balayer le cristallin de l'œil en vue de détecter des cataractes. Selon les inventeurs de l’application, elle pourrait sauver des millions de personnes de la cécité.

Le Dr. Andrew Bastawrous de l’Ecole d’hygiène et de médecine tropicale de Londres (la London School of Hygiene and Tropical Medicine), a développé cette nouvelle application avec une petite équipe, avant de procéder à des essais sur le terrain à Nakuru, au Kenya. Cela semble marcher, fait-il valoir.

Les Kenyans « adorent l’application. Ils demandent tous à tester leur vue. Donc, c’est certainement une application très conviviale », déclare le Dr. Bastawrous.

Jusqu'à présent, environ 2.000 Kenyans ont pu faire examiner leurs yeux. On chiffre à environ 10 % ceux qui souffraient de cataractes et avaient besoin de traitement.

Stewart Jordan est un ingénieur indépendant qui a aidé à développer l’application, surnommée « PEEK », ou Trousse d'examen oculaire portable. Le kit comprend une caméra qui s’attache, et fonctionne de concert avec l'application pour vérifier les verres correcteurs, diagnostiquer des cataractes ou examiner le fond de l'œil afin de détecter des maladies telles que le glaucome ou le diabète.

En quelques secondes, dit-il, il est possible de capturer une image claire de l'arrière de l'œil.

« Je peux alors prendre une image, la capturer, l’expédier par e-mail, et la télécharger. Le personnel de l'hôpital pour les yeux de Moorfield peut alors l'examiner et n'importe qui peut m'envoyer des commentaires. Donc, si je suis en train d'essayer de diagnostiquer un patient sur le terrain, je peux être aidé à distance concernant exactement quelles conditions nous détectons, et fournir des conseils sur les traitements » explique le Dr Jordan.

Son équipe est en train de tester le PEEK sur 5.000 Kenyans. Toujours selon le Dr. Jordan, les membres de son association paient les frais de traitement de toutes les victimes de cataractes, y compris le transport jusqu’à l’hôpital, et les frais de séjour, ainsi que les repas.

Pour une quarantaine de dollars, on peut rendre une vue parfaite à des malvoyants, dit-il fièrement. L’application a été mise au point pour venir en aide aux plus défavorisés. Quelques 39 millions d’êtres humains à travers le monde sont aveugles, dont 90 % vivent dans des pays à faibles revenus où l’accès aux services d’ophtalmologie sont médiocres, pour ne pas dire inexistants. Grâce à la technologie PEEK, des millions de personnes pourraient enfin être soignées.

Le Dr. Bastawrous utilise PEEK conjointement avec des méthodes plus traditionnelles, afin de comparer les résultats et de s’assurer de la fiabilité de la nouvelle technologie. Pour l’instant, la petite application semble donner les mêmes résultats que des équipements classiques, coûtant plus de 100.000 dollars chacun, et qu’une équipe de 15 responsables médicaux.
XS
SM
MD
LG