Liens d'accessibilité

Iran : le Conseil de sécurité se prononcera sur de nouvelles sanctions mercredi


Iran : le Conseil de sécurité se prononcera sur de nouvelles sanctions mercredi

Iran : le Conseil de sécurité se prononcera sur de nouvelles sanctions mercredi

Le texte de la résolution a été finalisé mardi et le vote suivra mercredi. L’Ambassadeur des Etats Unis à l’ONU, Suzan Rice, parle d’une « résolution très forte ».

Le Conseil de Sécurité de l’Onu a entamé des consultations au sujet d’une quatrième série de sanctions contre l’Iran en rapport avec son programme nucléaire controverse. Le texte de la résolution a été finalisé mardi et le vote suivra mercredi.

L’ambassadeur des Etats Unis à l’ONU, Suzan Rice, parle d’une « résolution très forte ». De son côté, le porte-parole du département d’Etat, Philip Crowley, a déclaré que l’Iran comprendra ainsi qu’il y a « des conséquences » au fait de ne pas fournir des informations sur son programme nucléaire.

De nouvelles sanctions contre l’Iran pourraient signifier la fin des négociations sur programme nucléaire iranien, a averti, de son côté, le président Mahmoud Ahmadinejad. Le leader iranien, qui prenait part à un sommet d’Eurasie à Istanbul, en Turquie, n’a pas mâchés ses mots. Le gouvernement américain et ses alliés, a-t-il dit, se méprennent lorsqu’ils pensent qu’ils peuvent brandir le bâton d’une résolution onusienne et s’asseoir ensuite pour discuter avec l’Iran. Telle chose n’aura jamais lieu, a fait savoir le président iranien.

Mahmoud Ahmadinejad a loué les efforts de la Turquie en vue de résoudre la crise relative au programme nucléaire de Téhéran. Les Etats-Unis et leurs alliés soupçonnent l’Iran de tenter de mettre au point l’arme nucléaire.

Le mois dernier, la Turquie et le Brésil, deux membres non permanents du Conseil de sécurité, ont persuadé l’Iran d’envoyer son uranium faiblement enrichi en Turquie pour être échanger contre du combustible nucléaire. Washington juge cet accord tripartite insuffisant.

Les Nations Unies ont déjà imposé trois séries de sanctions à l’Iran. La Turquie déploie des efforts contre une quatrième série qui, de l’avis de son Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, n’aboutirait à rien. Ce dernier s’est entretenu avec son homologue russe, Vladimir Poutine, qui assistait également au sommet d’Istanbul. Selon Poutine, de nouvelles sanctions contre Téhéran ne devraient pas être sévères.

XS
SM
MD
LG