Liens d'accessibilité

Un second cas du virus à Ebola, traité en France


L'hôpital Begin de Saint-Mandé, où a été transporté le deuxième malade de l'Ebola accueilli par la France

L'hôpital Begin de Saint-Mandé, où a été transporté le deuxième malade de l'Ebola accueilli par la France

La France a annoncé avoir accueilli dimanche un employé d'une agence des Nations unies (ONU) contaminé par le virus à Ebola en Sierra-Leone. Selon le ministère français de la Santé, cette personne a été transportée depuis la Sierra Leone à bord d'un jet spécialement équipé, et placée en isolement dans un hôpital militaire des environs de Paris.

Un porte-parole de la mission de la France à l’ONU a précisé qu’il
s’agissait d’un employé du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF). C’est le deuxième travailleur humanitaire accueilli par la France pour y guérir de l’Ebola depuis que l'épidémie a éclaté en Guinée l'année dernière avant de se propager à la Sierra Leone et au Libéria.

Une infirmière française employée au Liberia par Médecins sans frontières (MSF) avait déjà été rapatriée et traitée en septembre après avoir contracté l’Ebola. Elle est aujourd'hui guérie.

Le président Barack Obama a téléphoné samedi aux militaires américains déployés en Afrique de l’Ouest pour fournir un soutien technique et logistique dans la lutte contre l’épidémie d’Ebola.

Dans un communiqué, la Maison Blanche a déclaré que M. Obama a exprimé sa gratitude aux soldats, en soulignant que la stratégie mise en place pour lutter contre l’épidémie est le moyen le plus efficace pour empêcher la propagation de la maladie, et protéger les Américains.

Par ailleurs, après l'Australie, c’était au tour du Canada vendredi d’annoncer qu’il refuserait la délivrance de visas aux résidents et citoyens de pays d'Afrique de l'Ouest touchés par le virus Ebola.

XS
SM
MD
LG