Liens d'accessibilité

Sommet sur les OMD : l’ONU signale des progrès dans la lutte contre le VIH/sida


Une vue du sommet de New York sur les OMD

Une vue du sommet de New York sur les OMD

Certains pays où le taux de séroprévalence est particulière élevé, y compris l’Afrique du Sud, le Zimbabwe et le Nigeria, viennent en tête en ce qui concerne cette réduction des taux d’infection ; ce qui montre que la prévention est à l’œuvre à tous les niveaux de la société.

Les chefs d’Etat et de gouvernement du monde sont réunis à New York pour évaluer les efforts visant à réduire la pauvreté, la faim et les maladies au cours des cinq prochaines années à travers les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

L’un des OMD est la lutte contre le VIH/sida, le paludisme, la tuberculose et d’autres maladies. Chaque jour, plus de 7400 personnes sont infectées par le VIH et 33 millions de personnes sont porteuses de ce virus, les 2/3 en Afrique subsaharienne.

Michel Sidibé

Michel Sidibé

Malgré ces chiffres, d’importants progrès ont été accomplis contre la pandémie, assure Michel Sidibé, le patron d’ONUSIDA. « Pour la première fois, nous avons une réduction de 25% des nouvelles infections dans les 22 pays africains les plus affectés et les plus infectés. Cela est important non seulement du fait de la réduction des nouvelles infections, mais aussi parce que cela réduira le coût des traitements », a expliqué M. Sidibé.

Certains pays où le taux de séroprévalence est particulièrement élevé, y compris l’Afrique du Sud, le Zimbabwe et le Nigeria, viennent en tête en ce qui concerne cette réduction des taux d’infection ; ce qui montre que la prévention est à l’œuvre à tous les niveaux de la société.

Le directeur du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, Michel Kazatchkine, souligne, de son côté, que d’autres progrès nécessiteront un engagement financier substantiel de la communauté internationale ; ce qui ne sera pas facile compte tenu de la crise économique, a-t-il dit reconnu, précisant que le Fonds aura besoin de 13 à 20 milliards de dollars sur trois ans.

Cela représente beaucoup d’argent, a concédé Kazatchkine, qui a cependant souligné que ces investissements sauveront des millions de vies.

Dans certains cas, les ODM sont connectés. Ainsi, les progrès dans la lutte contre le paludisme, qui tue un enfant dans le monde toutes les 45 secondes, peut également aider en ce qui concerne la réduction de la mortalité infantile.

Michel Sidibé et Michel Kazatchkine pensent qu’il sera possible de se rapprocher et même d’atteindre à temps l’ODM 6 portant réduction des maladies. Toutefois, les financements devront être fournis sur le long terme, de même que les médicaments, et les systèmes de santé devront être améliorés, ont-ils dit en soulignant également la nécessité de lutter contre la discrimination à l’endroit des personnes vivant avec le VIH/sida.

XS
SM
MD
LG