Liens d'accessibilité

L’ONU fait état de violences sexuelles à la frontière entre la RDC et l’Angola


Des femmes sur le marché d'un camp de déplacés à 40 km de Bunia (Archives)

Des femmes sur le marché d'un camp de déplacés à 40 km de Bunia (Archives)

Les autorités onusiennes ont appelé les gouvernements des deux pays à ouvrir une enquête sur cette affaire.

L’Onu a ouvert une enquête suite à des informations selon lesquelles au moins 650 femmes et filles ont été victimes de violences sexuelles dans une zone située à la frontière entre la RDC et l’Angola. Un rapport de l’UNICEF affirme que les victimes faisaient partie de 6600 ressortissants congolais expulsés d’Angola en septembre et octobre.

Ces expulsions s’accompagnent souvent de torture et violence sexuelle, indique l’agence onusienne qui précise que l’examen médicale d’une trentaine de femmes a confirmé qu’elles avaient été violées.L’UNICEF n’a pas été en mesure de déterminer l’identité des auteurs de ces viols et violences sexuelles, a indiqué un porte-parole onusien en RRC. Les autorités onusiennes ont appelé les gouvernements de la RDC et de l’Angola à ouvrir une enquête sur cette affaire.

Le viol est devenu une arme courante de terreur dans les zones de conflit de l’Est de la RDC. Le problème est d’une grande ampleur et, selon les plus récentes données, plus de 15 000 viols ont été enregistrés l’année dernière, a déclaré le chef de la mission onusienne en RDC (MONUSCO), Roger Meece, au Conseil de sécurité de l’ONU le mois dernier.

XS
SM
MD
LG