Liens d'accessibilité

Un rappeur allemand de l'EI n'est pas si mort que ça


Cette image d'archives montre des combattants du groupe Etat Islamique à Raqqa, Syrie, le 14 janvier 2014.

Cette image d'archives montre des combattants du groupe Etat Islamique à Raqqa, Syrie, le 14 janvier 2014.

Un rappeur allemand qui a rejoint les rangs du groupe Etat islamique n'a finalement pas été tué dans un raid aérien en Syrie en octobre, contrairement à ce qui avait été affirmé à l'époque, a reconnu jeudi le Pentagone.

Denis Cuspert, plus connu sous son nom d'artiste Deso Dogg à Berlin, est devenu l'une des recrues occidentales les plus fameuses de l'EI.

Il est apparu dans de nombreuses vidéos de propagande du groupe jihadiste et selon les responsables américains, dans l'une d'elle il tient une tête coupée.

Le Pentagone avait affirmé que le rappeur avait été tué au cours d'un bombardement aérien le 16 octobre, non loin de Raqa, le bastion de l'EI en Syrie.

"A l'époque nous avions estimé que la frappe avait été couronnée de succès. Il semblerait maintenant que nous nous étions trompés et que Denis Cuspert a survécu", a déclaré le commandant Adrian Rankine-Galloway, dans un communiqué. Celui-ci n'a pas voulu dire pourquoi les Etats-Unis avaient changé d'avis sur le sort de l'Allemand.

Le rappeur a été vu dans des vidéos diffusées postérieurement à la frappe du 16 octobre mais il n'y fait pas allusion au bombardement.

Cuspert, qui a fait allégeance au chef de l'EI, est considéré comme l'un des principaux recruteurs de jihadistes allemands. Il a aussi encouragé les musulmans vivant en occident de commettre des attentats dans leur pays au nom de l'EI.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG