Liens d'accessibilité

Un pulsar détecté grâce à HESS-II, le plus grand observatoire gamma de la planète


Un pulsar devant une étoile naine (NRAO/AUI/NSF)

Un pulsar devant une étoile naine (NRAO/AUI/NSF)

L'observatoire HESS-II (High Energy Stereoscopic System), qui est situé en Namibie, a détecté des milliers de rayons gamma en provenance du pulsar Vela situé à environ 1.000 années-lumière de la Terre dans la Voie Lactée, signale une équipe d’astronomes internationaux.

« Un pulsar, c’est un résidu d’une étoile massive qui a explosé, et qui a laissé derrière elle un cadavre (étoile à neutrons) qui fait quelques kilomètres de diamètres, pour une masse qui est la masse d’une étoile » explique Mathieu de Naurois, chercheur CNRS au Laboratoire Leprince-Ringuet (CNRS/Ecole Polytechnique) et directeur adjoint de la collaboration HESS. « C’est une matière qui est incroyablement dense », a-t-il ajouté dans une interview avec la Voix de l’Amérique (VOA). « C’est également un objet qui peut tourner très rapidement sur lui-même. Les plus rapides arrivent à tourner sur eux-mêmes mille fois par seconde ».

Le réseau de télescopes HESS-II est plus grand observatoire gamma jamais construit, et il combine cinq télescopes de différentes tailles, dont un équipé d'un miroir géant de 28 mètres de diamètre qui a été ajouté en 2012. C'est ce dispositif qui vient de faire ses preuves. HESS-II a donc repéré son premier pulsar, le second après celui du Crabe, en 2008, à avoir été décelé par un télescope gamma au sol.

L’espoir est qu’à terme, HESS-II permettra d'explorer et de dévoiler de nombreuses sources cosmiques de rayons gamma, tels que les trous noirs supermassifs, les amas de galaxies, les supernovae, les étoiles doubles et bien sûr, d'autres pulsars.

Pour M. de Naurois, c’est une nouvelle ère qui s’ouvre. « Cet observatoire » a-t-il noté, « c’est la continuation de l’observatoires HESS-I, qui a été nommé en l’honneur de Victor Hess, un physicien qui a découvert les rayons cosmiques en 1912 ». Ce nouveau télescope HESS-II, « qui est le plus grand au monde, qui fait 600 m carrés, avait pour but de couvrir le domaine entre les satellites, qui travaillent à un peu plus basse énergie, et l’observatoire HESS-I. Donc cela représente une grande nouveauté qui va nous permettre vraiment de faire le lien entre différentes techniques pour mieux étudier ces objets ».

Le signal enregistré par le HESS-II provient du pulsar de Vela situé dans la constellation des Voiles. La Voie Lactée recèle de nombreux pulsars, et HESS-II permettra d'explorer les régions centrales de notre galaxie.

XS
SM
MD
LG