Liens d'accessibilité

Libération d'un opposant condamné pour les émeutes de janvier 2015 en RDC


Une manifestation à Goma, au Congo, 24 août 2013.

Une manifestation à Goma, au Congo, 24 août 2013.

L‘opposant, Ernest Kyaviro, chef du parti RCD/K-ML, a été libéré après 17 mois de prison, a confirmé à VOA Afrique le député Grégoire Kiro de son parti.

"Ernest Kyaviro a été libéré. Sa libération est intervenu d'un lit d’hôpital car depuis trois mois son état de santé s’était dégradé", a déclaré M. Kiro.

M. Kyaviro, âgé de 48 ans, avait été condamné pour "incitation à la désobéissance civile" en rapport avec les émeutes anti-pouvoir de janvier 2015 en RDC.

Interné dans un hôpital de Kinshasa où il avait été transféré en mai, M. Kyaviro poursuit son traitement. "Son état de santé s’est quelque peu amélioré", a indiqué M. Kiro.

Son avocat, Me Jean-Baptiste Kongolo Kawunda, a pour sa part affirmé que son client réfléchissait à la possibilité d'un pourvoi en cassation pour contester sa condamnation, selon lui éminemment "politique".

M. Kyaviro avait été arrêté le 22 janvier 2015 à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu (est), pendant les troubles ayant embrasé pendant quelques jours Kinshasa et plusieurs villes de pays.

Plusieurs dizaines de personnes avaient été tuées, essentiellement dans la capitale, lors de manifestations contre le pouvoir du président Joseph Kabila qui avaient dégénéré en émeutes avant d'être durement réprimées.

M. Kyaviro avait été condamné à trois ans de prison ferme en septembre 2015. Sa défense avait tenté en vain de faire valoir qu'il n'avait organisé aucune "manifestation illégale" comme l'en accusait le ministère public.

Début juin, sa peine a été réduite en appel à 17 mois de prison, selon Me Kongolo.

Durant son premier procès, l'opposant était apparu souffrant et très fatigué.

Un de ses défenseurs avait regretté que la justice n'ait pas voulu enquêter sur les accusations "de torture et mauvais traitements" dont M. Kyaviro dit avoir été victime pendant ses trois mois de détention sans charge - en violation de la Constitution - et avant son déferrement devant la justice.

L'ONU avait vu dans la condamnation de M. Kyaviro une confirmation de la tendance accrue à la répression de toute dissidence, qu'elle dénonce régulièrement en RDC.

La crise politique que traverse le pays depuis la réélection contestée de M. Kabila en novembre 2011 (pour un dernier mandat de cinq ans) se renforce au fil du temps en l'absence de perspective pour la tenue de la présidentielle censée avoir lieu avant la fin de l'année.

XS
SM
MD
LG