Liens d'accessibilité

Un nouveau bilan sanglant du conflit en Syrie


« Les assassins, les destructeurs et les tortionnaires en Syrie et en Irak ont été encouragés et enhardis par la paralysie internationale », a déclaré Navi Pillay.

« Les assassins, les destructeurs et les tortionnaires en Syrie et en Irak ont été encouragés et enhardis par la paralysie internationale », a déclaré Navi Pillay.

Plus de 191.000 morts en Syrie depuis le début du conflit en mars 2011. C’est le nouveau bilan rendu public vendredi par les Nations unies (ONU) qui déplorent l’inertie de la communauté internationale.

La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme n’a pas mâché ses mots : « Les assassins, les destructeurs et les tortionnaires en Syrie et en Irak ont été encouragés et enhardis par la paralysie internationale », a déclaré Navi Pillay.

En trois ans de conflit, la situation entre rebelles, djihadistes et troupes du régime de Bachar al-Assad ne cesse de se détériorer en Syrie, d’après l’ONU. Même si le nouveau bilan est deux fois supérieur à celui établi il y a un an, qui était de 93.000 morts, Mme Pillay a toutefois prévenu d'une sous-estimation des chiffres.

Parmi les victimes entre mars 2011 et avril 2014, 8.803 étaient encore mineures, dont 2.165 avaient moins de dix ans.

La Haut-Commissaire Pillay réclame l’arrêt de la livraison d’armes en Syrie car cette action, dit-elle, est en train d’alimenter ce qu’elle appelle une « catastrophe humaine monumentale, entièrement évitable ».

XS
SM
MD
LG