Liens d'accessibilité

Un nombre croissant de petits sans-papiers, devant la justice américaine


Des enfants sans-papiers très jeunes, parfois âgés de trois ans seulement, se retrouvent seuls devant les services d'immigration américains

Des enfants sans-papiers très jeunes, parfois âgés de trois ans seulement, se retrouvent seuls devant les services d'immigration américains

Un nombre croissant d’enfants sans-papiers font face à des procédures d’expulsion devant les tribunaux américains. Certains, venus d’Amérique centrale, ont été interceptés à la frontière avec le Mexique; d’autres, venus d’Europe et d’Afrique, sont simplement restés dans le pays après l’expiration de leurs visas.

Or, les lois sur l’immigration accordent une protection spéciale à ces enfants en situation irrégulière aux Etats-Unis, même si un avocat ne leur est pas commis d’office. D’où le rôle d’une ONG comme « Safe Passage Project », basée à New York.

« Le mois dernier, il y avait un enfant de 3 ans menacé d’expulsion », explique Lenni Benson, fondatrice de Safe Passage. « En face de lui : le procureur, le juge, et son interprète qui, dans ce cas, était sa grand-mère. Si Safe Passage n’avait pas été présent, personne n’aurait été là pour aider à guider ce garçon et sa grand-mère à travers les méandres de notre système judiciaire ».

Les services d’immigration n’inquiètent pas d’habitude les moins de 18 ans. Mais, selon ce professeur de droit, tout a changé et s’est même accéléré sous l’administration Obama.

Seuls les jeunes Mexicains peuvent être refoulés immédiatement. Les autres enfants sont confiés à des proches et, s’ils n’en ont pas, à des familles américaines. Ou bien, ils sont envoyés dans des centres de détention des services d’immigration pour mineurs.
« La plupart des jeunes que nous avons rencontrés ont peur de retourner chez eux: pas seulement à cause d’une pauvreté étouffante, mais à cause de dangers réels dans leurs communautés d’origine », dit Mme Benson.

Ousmane Barry, âgé aujourd’hui de 16 ans est venu de la Guinée avec parents quand il avait 8 ans. Depuis, ses parents sont morts et il vit avec une tante et un oncle dans le Bronx à New York. Grâce à Safe Passage, il a maintenant un permis de séjour permanent.

« Ça signifie beaucoup pour moi, parce que maintenant je peux sortir du pays et revenir, aller visiter comme je le veux mon pays. Je peux y aller, et revenir », souligne-t-il.

Cette année, plus de 60.000 adolescents vont encore tenter de traverser la frontière avec le Mexique dans le but de réaliser le rêve américain.
XS
SM
MD
LG