Liens d'accessibilité

Un mort et trois blessés lors de l'attaque d'un convoi routier dans le nord-est au Nigeria


Des musulmans prie lors à la Mosquée centrale dans la capitale financière du Nigeria, Lagos, le 31 juillet 2009.

Des musulmans prie lors à la Mosquée centrale dans la capitale financière du Nigeria, Lagos, le 31 juillet 2009.

Un homme a été tué, deux femmes et un enfant blessés dans l'attaque d'un convoi routier dans le nord-est du Nigeria.

Ce genre d'attaque est régulièrement menée par le groupe jihadiste Boko Haram dans cette région.

Des hommes armés ont fait feu samedi sur un convoi de véhicules qui se rendait pour la fête de l'Aïd el-Kébir de Monguno, une ville de garnison, à Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno, distante de 140 kilomètres.

"Un conducteur a été tué, deux femmes et un enfant qui voyageaient avec lui ont été blessés", a témoigné un chauffeur de bus, Kabir Hassan, arrivé sur les lieux peu après l'attaque.

Les victimes se rendaient à Maiduguri pour célébrer la fête musulmane de l'Aïd, lors de laquelle on sacrifie traditionnellement des béliers. Les assaillants ont profité de la panique des voyageurs pour s'emparer d'un camion rempli d'animaux à sacrifier, selon un conducteur, Abba Gana, qui a confirmé le bilan des victimes.

Le village de Kulukawuya, où s'est déroulé l'attaque, est situé sur une route commerciale stratégique reliant Maiduguri à Gamboru, à la frontière camerounaise.

Ces deux dernières années, les attaques de Boko Haram sur cette route étaient quasi quotidiennes, ce qui avait conduit l'armée à la fermer. Sa réouverture en juillet était un signe des succès de l'armée contre l'insurrection du groupe islamiste.

La plupart des voyageurs continuent néanmoins de circuler en convoi escorté par des militaires.

Les militants de Boko Haram, désormais repliés dans le maquis et qui peinent à se ravitailler en essence, armes et nourriture, attaquent des villages isolés et des véhicules circulant sans escorte.

L'insurrection armée de Boko Haram a fait plus de 20.000 morts et 2,6 millions de réfugiés depuis 2009, principalement dans le nord-est du Nigeria et les régions voisines des pays frontaliers.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG