Liens d'accessibilité

Un mois depuis la disparition d’un journaliste en Guinée


Des policiers anti-émeutes patrouillent dans une rue de Conakry après une manifestation, 7 mai 2015

Des policiers anti-émeutes patrouillent dans une rue de Conakry après une manifestation, 7 mai 2015

La seule nouvelle sur du reporter vient de sa rédaction qui rapporte que quelques-uns de ses effets personnels ont été retrouvés.

Chérif Diallo, journaliste à la chaîne de télévision privée guinéenne Espace TV, est porté disparu depuis le 23 juillet et demeure introuvable.

Moussa Moïse Sylla, directeur d'Espace TV, et Mme Sow Moussa Yéro Bah, une de ses collègues qui dirigent un comité de soutien créé par des journalistes pour exiger la lumière sur la disparition de M. Diallo, ont fait le point sur la disparition de M. Diallo lors d'une conférence de presse jeudi à Conakry.

La gendarmerie, qui devait animer conjointement la conférence de presse, s'est excusée. Jusqu'à vendredi en milieu de journée, aucun commentaire n'avait pu être obtenu auprès d'elle.

D'après les informations fournies par les enquêteurs, "on a retrouvé ses effets: son sac, son badge, son téléphone et un câble, mais pas la moto" avec laquelle il avait quitté son domicile le soir du 23 juillet, a déclaré M. Sylla.

Selon lui, ces effets auraient été retrouvés en mer par des pêcheurs. "Dans le sac, il n'y avait qu'une enveloppe mais pas son ordinateur. Selon ce qui nous a été dit, l'ordinateur était dans une île à Dubréka", à environ 30 km à l'est de Conakry, "mais moi je ne connais pas une île à Dubréka. Finalement, les enquêteurs sont allés chercher l'ordinateur", actuellement entre leurs mains, a-t-il expliqué.

Mme Sow a de son côté indiqué avoir été informée par les enquêteurs "qu'"un des numéros de téléphone de Chérif" a été activé. "Par le procédé de triangulation, ils ont réussi à localiser la zone d'où l'appel a été émis. Une femme et son enfant sont aux arrêts", a-t-elle affirmé, sans plus de détails.

D'après les deux sources, les investigations se concentraient par ailleurs sur cinq corps en décomposition découverts autour de Conakry, dont l'un portait une chemise semblable à celle de Chérif Diallo. Mais, a précisé Mme Sow, aucune analyse formelle n'a été effectuée pour permettre d'affirmer qu'il s'agit de lui.

"Qu'on nous dise si c'est le corps de Chérif ou pas. (...) Nous voulons qu'on fasse un test ADN pour l'identifier", a affirmé Mme Sow.

Les autorités ont affirmé avoir ouvert une enquête depuis le 24 juillet sur la disparition de Chérif Diallo. Les proches de ce dernier n'excluaient pas la piste d'un enlèvement.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG