Liens d'accessibilité

Tchad : la MINURCAT fait ses valises


Vue d'un camp du HCR dans l'Est du Tchad

Vue d'un camp du HCR dans l'Est du Tchad

Le gouvernement de N’Djaména a demandé son départ et le Conseil de sécurité de l’ONU a pris sa décision mardi.

La mission de l’ONU au Tchad et en Centrafrique (MINURCAT) va quitter le Tchad avant la fin de l’année. La mission devait protéger les réfugiés, les déplacés et les travailleurs humanitaires. Le gouvernement de N’Djaména a demandé son départ et le Conseil de sécurité de l’ONU a pris sa décision mardi.

« C’est une décision qui, à ce stade, est irrévocable malheureusement, et c’est une décision qui nous laisse avec un problème quant à la sécurité des civils, des réfugiés dans le Nord-est du Tchad », a expliqué Yves Sorokobe, porte-parole onusien à New York. La question de la protection des agents humanitaires intervenant dans cette région se pose également, a-t-il dit.

Selon M. Sorokobe, les autorités tchadiennes ont donné des assurances concernant ces questions, et l’ONU n’avait pas d’autres choix que de respecter la volonté et la souveraineté du Tchad.

La nouvelle du retrait de la MINURCAT suscite des inquiétudes dans l’Est du Tchad, en particulier à Abéché, ville ayant connu un véritable boom économique depuis l’arrivée des troupes internationales. Beaucoup de Tchadiens travaillant pour la mission onusienne se retrouveront au chômage, explique Abderahim Awad Al-Wuri, président du Comité régional de l’UNDR , parti d’opposition, à Abéché. De nombreux opérateurs économiques travaillant avec la MINURCAT vont avoir du mal à poursuivre leurs activités également, a-t-il souligné.

Abderahim Awad Al-Wuri dit que, pour l’heure on n’a aucune idée de la manière dont le gouvernement tchadien compte s’y prendre pour assurer la relève de la mission onusienne.

XS
SM
MD
LG