Liens d'accessibilité

1,5 million d’enfants affectés par la violence dans le Kasaï en RDC


Un enfant de 2 ans dans le coma pour cause de paludisme. Sa mère est enceinte du 9ème enfant. Tshilundu, Kasai Oriental, RDC, 3 mars 2015.

La crise dans la région du Grand Kasaï en République démocratique du Congo affecte 1,5 million d’enfants, selon l'Unicef. 600.000 ont été déplacés pour échapper à la violence extrême.

"Les enfants dans la région des Kasaï sont forcés de subir des épreuves horribles", déclare le Dr Tajudeen Oyewale, représentant intérimaire de l'Unicef en RDC au terme d’une visite dans la région, touchée par des affrontements qui opposent depuis septembre les forces de l'ordre aux miliciens se réclamant de Kamwina Nsapu, un chef coutumier révolté contre le régime de Kinshasa mais tué en août dernier.

Le Dr Oyewale révèle que des centaines d'enfants ont été blessés lors des violences, avec des rapports d'enfants détenus, violés et même exécutés.

"Il faut mettre fin à ces horribles cas d'abus d'enfants et les auteurs doivent en être tenus responsables", plaide-t-il.

La violence et l'instabilité dans les provinces minières du Kasaï, parmi les régions les plus pauvres du pays, ont débuté en août 2016 après la mort d'un chef traditionnel dans les combats avec les forces de sécurité et se sont encore détériorées au cours des trois premiers mois de 2017.

L'Unicef estime que 2.000 enfants sont utilisés par les milices dans la région touchée. Au moins 300 ont été grièvement blessés lors des violences et plus de 4.000 ont été séparés de leurs familles, selon les mêmes statistiques.

L’agence onusienne indique que la violence a également eu un impact dévastateur sur les systèmes d'éducation et de santé dans la région. Plus de 350 écoles ont été détruites.

Dans la province du Kasaï central, un centre de santé sur trois n'est plus fonctionnel, ce qui expose les enfants à un risque accru de maladie.

"Ces enfants devraient être en sécurité dans leurs maisons, leurs écoles et leurs aires de jeux, au lieu d'être forcés de se battre sur le champ de bataille, blessés ou tués dans la violence", affirme le Dr Oyewale.

L'organisation onusienne a assuré la libération de 384 enfants détenus, qui étaient enrôlés dans les milices.

Réitérant son appel à toutes les parties au conflit afin de garantir le respect des droits des enfants, l'Unicef appelle également au financement de ses missions. À ce jour, l'organisation n'a reçu que 3,5 millions de dollars des 20,6 millions nécessaires pour répondre à la crise du Grand Kasaï.

L’Unicef prévient que six millions d'enfants -l'ensemble de la population d'enfants des trois provinces du Kasaï- pourraient être affectés si la situation ne s'améliore pas rapidement.

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG