Liens d'accessibilité

Un maïs orange bientôt en Zambie, pour réduire les carences en vitamine A


Le maïs orange de HarvestPlus (Photo Joslin Isaacson, HarvestPlus)

Le maïs orange de HarvestPlus (Photo Joslin Isaacson, HarvestPlus)

La carence en vitamine A est à l’origine de près de 500 000 cas de cécité par an chez les enfants et accroît le risque de mortalité lié aux maladies, rappelle l’ONG HarvestPlus.

Une étude parue cette semaine dans l’American Journal of Clinical Nutrition a montré que le maïs « orange », enrichi avec de la vitamine A, renforce le niveau de cette vitamine stocké dans le corps. La publication de l’étude coïncidait avec la Journée mondiale de l’alimentation.

Ce maïs, développé par sélection conventionnelle - et non OGM - contient plus de bêta-carotène, une substance que le corps transforme ensuite en vitamine A.

La carence en vitamine A est à l’origine de près de 500 000 cas de cécité par an chez les enfants et accroît le risque de mortalité lié aux maladies, rappelle l’ONG HarvestPlus.

« Le problème de la carence en vitamine A demeure vraiment un grand problème au niveau de la santé publique, surtout dans les pays en développement, avec des populations comme les enfants ou les femmes en âge de procréer qui sont les groupes les plus vulnérables » à ces carences, explique Mourad Moursi, expert en nutrition à HarvestPlus.

Dans une interview avec la Voix de l’Amérique (VOA), M. Moursi a souligné que non seulement la santé, mais la croissance des enfants s’en trouvent affectées. « Cela a des conséquences à très long terme évidemment sur leur développement. Voilà pourquoi il est important d’enrichir le maïs en vitamine A ».

HarvestPlus est à la tête d’une initiative mondiale visant à sélectionner et à vulgariser des cultures vivrières riches en vitamines et en éléments minéraux afin d’améliorer la nutrition et la santé publique. Par exemple, en 2012, elle a également aidé le gouvernement rwandais a disséminer cinq nouvelles variétés de haricots riches en fer destinées à enrichir en fer le régime de millions de Rwandais.

La distribution prochaine de semences de maïs orange en Zambie devrait permettre à quelques 100.000 exploitants agricoles de se consacrer à sa culture, poursuit M. Moursi. « Ses autres atouts sont un rendement plus élevé par hectare – donc une performance meilleure que les variétés traditionnelles. Et puis, aussi, une résistance aux maladies et à la sècheresse qui est supérieure aux variétés locales ».

XS
SM
MD
LG