Liens d'accessibilité

Un juge refuse de publier les débats sur l'interpellation mortelle d'un Noir à New York


Le site du décés d'Eric Garner

Le site du décés d'Eric Garner

Eric Garner a succombé l'été dernier après avoir été interpellé, menotté et mis au sol sans ménagement par des policiers blancs à Statten Island.

NEW YORK (Reuters) - Un juge new-yorkais a refusé jeudi d'ordonner la publication des débats du grand jury qui a estimé qu'aucune poursuite judiciaire ne devait viser un policier blanc impliqué dans la mort d'un Noir lors de son interpellation en juillet dernier à New York.

La publication de cette transcription était notamment demandée par la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP, organisation de défense des droits civiques) et l'avocat public, ou médiateur, de la ville de New York.

Le juge William Garnett a estimé que les plaignants n'avaient pas démontré le bien-fondé qu'il y aurait eu à faire droit à leur requête. L'association New York Civil Liberties Union (NYCLU), qui avait elle aussi réclamé la publication de la transcription, a déploré sa décision. Son directeur juridique Arthur Eisenberg a estimé qu'elle "renforçait la défiance qu'inspire déjà à nombre de New-Yorkais l'attitude de l'appareil judiciaire dans cette affaire".

Eric Garner a succombé l'été dernier après avoir été interpellé, menotté et mis au sol sans ménagement par des policiers blancs à Statten Island. Sur l'enregistrement de son arrestation, filmée par un vidéaste amateur, on l'entend dire qu'il n'arrive plus à respirer.

Comme à Ferguson, dans le Missouri, où un adolescent noir a été tué par un policier blanc disant agir en état de légitime défense, un grand jury de la ville de New York a jugé début décembre n'avoir trouvé "aucun motif raisonnable" pour entamer des poursuites contre les policiers impliqués dans sa mort.

Ces deux affaires, et les deux non-lieux qui ont suivi, ont provoqué des manifestations de colère et ravivé cinquante ans après le mouvement des droits civiques le débat sur la question raciale aux Etats-Unis.

Commémorant au début du mois le 50e anniversaire de la marche de Selma, en Alabama, brutalement réprimée par les forces de l'ordre, Barack Obama, premier président noir de l'histoire des Etats-Unis, a souligné que des progrès avaient été accomplis en un demi-siècle de lutte mais que le combat contre les discriminations n'était pas encore gagné.

XS
SM
MD
LG