Liens d'accessibilité

Un journaliste relâché après six heures de détention à Kinshasa


Capture d'écran sur le site congolais actualite.cd avec en Une une photographie du journaliste Tchèque Bukasa, le 4 décembre 2016.

Un journaliste d'un site d'information congolais a été arrêté dimanche à Kinshasa et détenu pendant six heures par des agents de "services de sécurité" de la RDC avant d'être relâché.

Tchèque Bukasa "a été libéré après six heures de détention au camp [militaire] Kokolo", dans le nord de la capitale de la République démocratique du Congo, a déclaré à l'AFP Patient Ligodi, directeur de publication du site d'information Actualité.cd.

M. Bukasa qui travaille également au quotidien congolais le Phare "est convoqué lundi à 09h30" au camp Kokolo, a ajouté M. Ligodi dont le site ouvert en août est spécialisé dans les questions politiques, sécuritaires et économiques.

Le journaliste a été arrêté vers 14h00 (13h00 GMT) par des personnes se présentant comme faisant partie des services de sécurité, avait-t-il dit un peu plus tôt.

Selon M. Ligodi, il a été signifié à M. Bukasa que son "arrestation entre dans le cadre des personnes qui seraient impliquées" dans le lancement "des mouvements insurrectionnels en prévision de la date du 19 décembre", à la fin du mandat du président Joseph Kabila.

Le ministre des médias et porte-parole du gouvernement Lambert Mende a indiqué à l'AFP n'avoir "aucune information" à ce sujet.

Le mandat de M. Kabila, au pouvoir depuis 2001, prend fin le 20 décembre et la Constitution lui interdit de se représenter. Mais les élections qui devaient avoir lieu en fin d'année ont été reportées sine die.

Le chef de l'État est pressé par ses détracteurs de déclarer publiquement qu'il ne sera pas candidat à la prochaine présidentielle. Ils menacent d'organiser des manifestations populaires le 19 décembre pour le contraindre à quitter le pouvoir.

Début novembre, l'organisation congolaise de défense de la presse Journaliste en danger (JED) avait dénoncé dans son rapport annuel "la montée des attaques ciblées contre la presse" en RDC, pays qui occupe la 152ème place (sur 178 pays) du classement mondial de l'ONG Reporters sans frontières.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG