Liens d'accessibilité

Un homme d'affaires français condamné pour corruption d'un ministre burundais


La cour d'Appel de Paris, France

La cour d'Appel de Paris, France

Pierre Achach, 53 ans, numéro deux de la société britannique d'exploration pétrolière Surestream Petroleum, a été condamné à 30 mois de prison avec sursis et à 1,5 million d'euros d'amende pour fraude fiscale, blanchiment de fraude fiscale et corruption.

Le tribunal a jugé que M. Achach s'était rendu coupable de corruption en acceptant en 2011 que sa société prenne en charge un billet d'avion aller-retour pour Paris du ministre de l'Energie du Burundi de l'époque, Moïse Bucumi. De quoi le mettre dans de bonnes dispositions pour renouveler un permis d'exploration de Surestream Petroleum dans la région du lac Tanganyika (ouest du Burundi).

Dans une conversation téléphonique interceptée en 2011 et citée par le tribunal, l'homme d'affaires compare ses relations d'affaires avec des responsables africains à une "danse du ventre" qui "coûte", une formulation révélatrice selon les juges d'un "environnement corruptif", a expliqué à l'AFP une source proche du dossier.

Le fisc a été mis sur la piste de M. Achach grâce aux données dérobées à la banque HSBC Suisse par son ex-informaticien Hervé Falciani.

Entre 2007 et 2010, Pierre Achach a dissimulé quelque 7 millions d'euros à l'administration fiscale, via un montage financier complexe passant par la Suisse, les Îles Vierges britanniques et le Burundi.

En plus de l'amende de 1,5 million d'euros et des quelque 1,2 million d'euros payés au fisc pour régulariser sa situation en 2012, M. Achach devra verser 50.000 euros en réparation du préjudice causé à l'Etat, et 5.000 euros pour les frais de justice de ce dernier.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG