Liens d'accessibilité

Un expert onusien fustige les pressions contre la société civile au Burundi


(AP)

(AP)

Michel Forst évoque notamment « des menaces et des campagnes de diffamation dans certains média » contre les défenseurs des droits humains dans le pays.

Les défenseurs des droits humains du Burundi sont assimilés à des opposants politiques par le gouvernement burundais, a déploré le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des défenseurs des droits de l'homme.

Dans un communiqué publié à l'issue d'une visite au Burundi, Michel Forst souligne que les membres de la société civile dans le pays « vivent dans un environnement souvent difficile où ils font face à des graves obstacles qui peuvent s'apparenter à des violations de leurs droits et libertés fondamentaux ainsi qu'à leur droit légitime de promouvoir et protéger les droits de l'homme ».

M. Forst a évoqué notamment « des menaces et des campagnes de diffamation dans certains média » contre les défenseurs des droits humains. Ils seraient également confrontés à « de très nombreux cas de menaces physiques, appels téléphoniques anonymes, agressions, arrestations arbitraires, et harcèlement judiciaire ».

« L'arrestation et la détention de Pierre Claver Mbonimpa ou la radiation inique du barreau du bâtonnier Isidore Rufykiri constituent pour moi une escalade inacceptable dans le harcèlement des défenseurs des droits de l'homme par les autorités du pays », a indiqué M. Forst dans son communiqué.

Le rapporteur affirme avoir fait part au gouvernement burundais de ses inquiétudes. Il a également dénoncé les cas d'arrestations et menaces répétées contre certains journalistes ou certaines stations de radio « traitant de sujets politiquement sensibles comme les allégations de distribution d'armes ou les méthodes controversées de délivrance de cartes d'identité ».

XS
SM
MD
LG