Liens d'accessibilité

Un employé de l'ambassade américaine au Yémen, tué par balles


Les attentats se multiplient au Yémen, où la sécurité se détériore depuis des mois

Les attentats se multiplient au Yémen, où la sécurité se détériore depuis des mois

Des individus armés ont abattu jeudi un Yéménite travaillant pour l’ambassade des Etats-Unis à Sanaa. Certains analystes pensent que l’attaque est l’œuvre d’Al-Qaïda.
La victime, Qassem Aqlani, s’occupait des questions de sécurité à l’ambassade américaine. Il a été abattu dans un quartier résidentiel de l’ouest de la capitale yéménite alors qu’il se rendait au travail.

Selon Mansour al Hamadi, un témoin, les assaillants circulaient en moto. L’un d’eux a appelé M. Aqlani par son nom, puis lui a tiré trois balles dans la tête.

Les chaines de télévision arabes affirment que M. Aqlani était impliqué dans l’enquête relative à la récente attaque contre l’ambassade des Etats-Unis à Sanaa. Lors des manifestations anti-américaines ayant commencé le 11 septembre en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, une foule en colère avait forcé la grille de ce complexe diplomatique et endommagé des véhicules et des biens.

Le rédacteur en chef du journal Yemen Post, Hakim Almasmari, a dit à la VOA qu’Al-Qaïda n’avait cessé d’appeler, depuis des mois, à des attaques contre l’ambassade des Etats-Unis à Sanaa et ses employés. Le groupe, dit-il, cherche à se venger des attaques des drones américains dans le sud du Yémen.

L’assassinat d’un employé de l’ambassade américaine à tout l’air d’être l’œuvre d’Al-Qaïda, même si le groupe n’en a pas encore revendiqué la responsabilité, a expliqué le journaliste yéménite.

« C’était une attaque à l’aide d’une moto, et toutes les attaques à moto dans le Sud et au cours des derniers mois ont été liées à Al-Qaïda », a-t-il dit, ajoutant: « Cela semble le moyen le plus facile, le moins coûteux et le plus efficace pour eux de mener ces attaques ».

Toutefois, Gregory Johnsen, expert du Yémen à l’université Princeton, ici aux Etats-Unis, souligne de son côté, que la sécurité dans la capitale yéménite s’est détériorée depuis le début en février 2011 des manifestations qui ont forcé le président Ali Abdullah Saleh à démissionner.

La situation est en général instable, en ce moment, au Yémen, et il est difficile d’accuser Al-Qaïda. Le taux de criminalité est en hausse dans un contexte apparent de ralentissement économique, a expliqué M. Johnsen, en faisant remarquer que plusieurs factions se battent pour le pouvoir dans le pays.

Les services de sécurité yéménites ont imputé à Al-Qaïda plusieurs attaques, dont la décapitation mercredi de trois soldats. Le groupe terroriste a aussi exécuté de nombreux Yéménites qu’il accusait d’espionner pour le compte du gouvernement.
XS
SM
MD
LG