Liens d'accessibilité

Un double attentat revendiqué par les Shebab fait au moins 12 morts en Somalie


Vue sur la ville de Galkayo, juste après l'attentat-suicide, Somalie, le 21 août 2016. (Horseec Media)

Vue sur la ville de Galkayo, juste après l'attentat-suicide, Somalie, le 21 août 2016. (Horseec Media)

Un double attentat revendiqué par les insurgés islamistes Shebab a fait au moins douze morts dimanche dans la ville de Galkayo, dans le centre de la Somalie.

Les habitants de la ville de Galkayo ont raconté avoir entendu deux explosions qui visaient un bâtiment du gouvernement local dont le bureau du maire et d'autres élus dans la région de Puntland en Somalie. Le bâtiment est situé au milieu d'un marché bondé de la ville.

Un journaliste local a expliqué que la première explosion est arrivée alors qu'un homme portant des bombes essayait d'enfoncer la porte du bâtiment avec sa voiture.

La deuxième explosion s'est déclenchée alors que les secours arrivaient sur place, a-t-il poursuivi. La cause de cette seconde explosion n'est pas encore connue.

Des sources locales ont confirmé qu'un convoi de véhicules escortant des ministres régionales venait de quitter le bâtiment quand la première explosion a eu lieu, sans savoir s'ils étaient visés par l'attentat-suicide.

Les conseillers municipaux devaient se réunir, mais la réunion a été déplacée autre part avant que l'explosion n'ait eu lieu.

Des ambulances et des bénévoles ont aidé à l'évacuation des morts et des blessés.

Les Shebab à l'origine de l'attentat

Les Shebab ont revendiqué les explosions sur Telegram, une messagerie cryptée prisée par les jihadistes, affirmant "avoir tué au moins 30 personnes, parmi lesquelles du personnel militaire et des apostats".

Ils mènent régulièrement des attaques contre le gouvernement, les civils ou des cibles militaires. En mars, un attentat mené dans un hôtel de Galkayo avait tué six personnes, dont un responsable local.

Les Shebab somaliens, affiliés à Al-Qaïda, cherchent à renverser le gouvernement de Mogadiscio d'où ils ont été chassés en août 2011 par la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom). Ils multiplient depuis les attentats en Somalie et plus récemment dans des pays voisins comme au Kenya.

La Somalie, plongée dans le chaos et la guerre civile depuis la chute en 1991 du régime du président Siad Barre, doit organiser des élections en septembre et octobre.

XS
SM
MD
LG