Liens d'accessibilité

Un demi-frère du dirigeant nord-coréen assassiné en Malaisie


Cet homme présenté comme Kim Jong-Nam, le fils aîné du défunt dirigeant nord-coréen Kim Jong Il, lors de sa déportation du Japon vers Pékin, à l'aéroport international de Narita, au nord-est de Tokyo, 4 mai 2001

Cet homme présenté comme Kim Jong-Nam, le fils aîné du défunt dirigeant nord-coréen Kim Jong Il, lors de sa déportation du Japon vers Pékin, à l'aéroport international de Narita, au nord-est de Tokyo, 4 mai 2001

Kim Jong-Nam, un demi-frère du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, a été assassiné en Malaisie, a rapporté l'agence sud-coréenne Yonhap.

L'agence cite une source gouvernementale à Séoul selon laquelle ce demi-frère, Kim Jong-Nam, a été tué lundi, sans autre précision. Aucune source officielle n'était joignable à Séoul dans l'immédiat.

Kim Jong-Nam, âgé de 45 ans, a été empoisonné avec des aiguilles par deux femmes non identifiées à l'aéroport international de Kuala Lumpur, selon la chaîne de télévision sud-coréenne Chosun.

Selon cette chaîne, affirmant citer plusieurs sources gouvernementales, les deux femmes ont hélé un taxi et se sont enfuies immédiatement après.

En Malaisie, le responsable de la police à l'Aéroport international de Kuala Lumpur, le commissaire adjoint Abdul Aziz Ali, a déclaré à l'AFP qu'un quadragénaire coréen avait été découvert malade lundi à l'aéroport.

Les autorités de l'aéroport l'ont immédiatement transporté à l'hôpital et il est mort en route, a ajouté ce responsable de la police. "Nous n'avons aucun autre détail sur ce Coréen. Nous ne connaissons pas son identité", a-t-il précisé.

Kim Jong-Nam a été un temps considéré comme l'héritier potentiel de son père Kim Jong-Il avant de tomber en disgrâce suite à une tentative manquée en 2001 d'entrer au Japon avec un passeport falsifié pour visiter Disneyland.

Depuis, il a vécu en quasi-exil, principalement dans le territoire chinois de Macao.

Kim Jong-Un est devenu le dirigeant de la Corée du Nord à la mort de leur père en décembre 2011.

Kim Jong-Nan, connu comme un partisan des réformes en Corée du Nord, avait déclaré à un journal japonais s'opposer au mode de succession dynastique du pouvoir.

Si son décès est confirmé, ce serait le plus important sous le régime de Kim Jong-Un depuis l'exécution de l'oncle du dirigeant nord-coréen Jang Song-Thaek en décembre 2013.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG