Liens d'accessibilité

Un Casque bleu blessé par balle au Kasaï en RDC


Des Casques bleus en patrouille à Goma, RDC, 6 décembre 2006.

La Mission de l'ONU en RDC (Monusco) annonce qu’un Casque bleu uruguayen a été blessé par balle lors d’une patrouille dans le centre de la République démocratique du Congo, théâtre d'une rébellion qui a fait plus de 400 morts depuis septembre 2016.

"Un Casque bleu est tombé dans une embuscade et a été touché par une balle tirée d'un revolver artisanal" alors qu'il faisait partie d'une "patrouille" dans le territoire de Kazumba, au Kasaï-central, a déclaré à l'AFP Charles Antoine Bambara, directeur de l'information publique à la Mission de l'ONU en RDC (Monusco).

Les autres Casques bleus "ont tiré des coups de sommation pour récupérer et évacuer le blessé", un soldat uruguayen, sans faire d'autres victimes, a-t-il précisé.

"Nous ne savons pas exactement" qui sont les auteurs de cette embuscade, a ajouté M. Bambara.

La région du Kasaï, au centre de la RDC, est le théâtre depuis septembre 2016 d'une rébellion née de la mort lors d'une opération militaire d'un chef coutumier local, Kamwina Nsapu, entré en conflit avec le pouvoir central.

Parties de Kananga, capitale de la province du Kasaï-central, les violences entre les forces de l'ordre et la milice de Kamwina Nsapu - ont progressivement gagné le Kasaï-oriental et le Kasaï-occidental.

Selon l'ONU, plus de 200.000 personnes déplacées ont été enregistrées depuis le début de conflit tandis que plus de 400 sont mortes de suites d'affrontements entre l'armée, la police congolaises et les miliciens.

Présente en RDC depuis 1999, la Monusco déploie plus de 19.000 soldats, policiers et observateurs militaires dans l'Est du pays et à Kinshasa. Elle ne disposait d'aucunes troupes dans les trois Kasaï jusqu'au déploiement récent d'une centaine de Casques bleus à Kananga et environs.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG