Liens d'accessibilité

Un camp de l'armée attaqué au nord du Mali


Des soldats malien à Gao lors d'affrontement contre des jihadistes, en février 2013.

Des soldats malien à Gao lors d'affrontement contre des jihadistes, en février 2013.

Un camp de l'armée malienne a été attaqué dans la nuit de lundi à mardi dans la région de Gao (nord) par des assaillants non identifiés qui ont tué un soldat et perdu un combattant.

"Dans la nuit de lundi à mardi, des assaillants ont attaqué le camp de l'armée à Bamba. L'armée a riposté, tuant un assaillant, mais un militaire malien a été aussi tué", a déclaré à l'AFP une source militaire malienne.

L'attaque aurait eu lieu vers 3 heures du matin selon notre correspondant.

Confirmant l'information, un élu de la localité de Bamba, à une centaine de km au nord-ouest de Gao, a précisé que "les assaillants armés sont venus à moto et à cheval".

"Ils ont attaqué le camp militaire qui est au nord de la ville. L'armée a réagi énergiquement. Il y a un mort du côté de l'armée, un mort du côté des assaillants", a précisé l'élu, qui n'a pas souhaité être nommément cité pour des raisons de sécurité.

"L'armée contrôle la situation. Les assaillants voulaient prendre les armes du camp. Ils n'ont pas pu", a affirmé la même source.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, après la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée.

Les jihadistes ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France, qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix entre le camp gouvernemental et l'ex-rébellion, censé isoler définitivement les jihadistes.

XS
SM
MD
LG