Liens d'accessibilité

Un Brazzavillois invente une encre pour endiguer la fraude numérique


Alain Brice Niama, le scientifique congolais inventeur de l'encre contre la fraude numérique.

Alain Brice Niama, le scientifique congolais inventeur de l'encre contre la fraude numérique.

Le scientifique Alain Brice Niama vient d’inventer une encre, à partir, de la citronnelle, pour combattre la falsification des documents rendue facile grâce à la technologie. L’invention n’est pas encore commercialisée.

« Aujourd’hui, il est très facile de falsifier toutes sortes de documents : pièces d’Etats civils, diplômes, passeports…à cause de la technologie », se plaint, a VOA Afrique, Alain Brice Niama, l’inventeur d’une encre faite à base des molécules de l’essence de citronnelle. “’C’est une encre qui résiste a la photographie ou au flash de capitation d’images dans le programme numérique des scanners et des ordinateurs”, explique-t-il.

Elle empêche donc l’ordinateur d’imiter ou falsifier un document. En plus, “elle ne coute rien et n’est pas toxique, alors que toutes les encres sont fabriquées par des équations et des mélanges chimiques très chers”, rassure Alain Brice Niama à VOA Afrique.

Cet inventeur n’en est pas à sa première invention. Il compte en sept à son actif. Sa première invention, en 1995, à la Cité Louis-Pasteur de Brazzaville, était la mise au point d'un sirop contre les vers intestinaux à partir de la séparation du miel en fructose en solution d’azote.

Puis, il a inventé le papier carbone à partir de feuilles de barbadine, de la famille des passifloracées. Cette invention lui avait valu d’être sélectionné pour le Prix de la Francophonie Robert-Valls 2001 à Paris. Alain Brice Niama avait aussi découvert « Petrocafé », un carburant à base de résidus de café qu’il a converti en substitut de pétrole. Pour cela, il avait sélectionné, en 2002, pour le Prix de la Francophonie Robert-Valls.

Pourtant, rien ne le prédisposait ce juriste de formation à cette carrière de scientifique. Ayant obtenu un BAC A4 depuis la classe de seconde, Alain Brice Niama s’était inscrit à la fac de Droit ou il avait obtenu une licence en Droit prive. "C’est à cause des moqueries de ses amis étudiants en sciences, qui lui répétaient que le BAC littéraire était "un diplôme des femmes, faciles à obtenir, que j’avais décidé de me mettre à la science », déclare-t-il à VOA Afrique. "Je voulais montrer que les diplômes ou les choix d’études n’ont rien avoir avec nos capacités intellectuelles", poursuit-il.

Actuellement, ce jeune scientifique est enseignant-chercheur dans une université dans l’Etat de Washington, ici aux Etats-Unis.

XS
SM
MD
LG