Liens d'accessibilité

Un ancien évêque britannique condamné à 32 mois de prison pour des abus sexuels


Le tribunal de l'Old Bailey à Londres a prononcé sa condamnation mercredi. Les abus sexuels pour lesquels l'ancien évêque est condamné, remontent à plus de vingt ans.

L'ancien évêque britannique avait été à l'époque soutenu par des hommes politiques et de membres de la famille royale, révèle l'AFP.

Peter Ball, aujourd'hui âgé de 83 ans, avait plaidé coupable le mois dernier d'avoir abusé de 18 jeunes hommes entre 1977 et 1992 lorsqu'il était évêque de Lewes, au sud de l'Angleterre.

Lors de son procès devant le tribunal de l'Old Bailey à Londres, on a appris qu'il avait notamment demandé à certaines de ses victimes de se déshabiller pour prier et qu'il avait menacé de les corriger ou de les fouetter.

On a appris aussi qu'il y a 22 ans, des ministres, des députés, des directeurs d'école et un membre de la famille royale étaient directement intervenus pour éviter à cet ami proche du prince Charles d'être inculpé dès 1993.

L'Église d'Angleterre a fini par se saisir à nouveau du dossier en 2008, conduisant la police à ouvrir une enquête quatre ans plus tard. Peu après, Neil Todd, qui avait été la première victime à sortir du silence, s'est suicidé, à l'âge de 39 ans.

"Ce que vous avez fait représente l'antithèse de ce qu'on attend de quelqu'un dans ces fonctions", a déploré mercredi le juge.

L'Église d'Angleterre a présenté ses "excuses sans réserves".

Lord Carey, qui était l'archevêque de Canterbury à l'époque des faits et à ce titre chef de l'Eglise d'Angleterre, s'est également excusé au nom de l'Église mais a nié toute tentative d'étouffer l'affaire.

"C'est faux", a-t-il insisté, mais il a admis que l'Église avait "laissé tomber trop de victimes par le passé et permis à des coupables de continuer à officier".

Pour Richard Scorer, l'avocat de plusieurs victimes de Ball, "le fait d'avoir dû attendre aussi longtemps pour le voir à la barre" représente "un authentique scandale".

"Voir des membres hauts placés dans le clergé et des figures de l'establishment, dont des députés, des ministres et des membres de la famille royale prendre sa défense n'a fait qu'aggraver la souffrance des victimes, et renforcer l'impression qu'ils étaient abusés avec l'appui institutionnel de l'Église", a-t-il ajouté.

Peter Ball purgera la moitié de sa peine en prison avant d'être remis en liberté conditionnelle, a souligné le juge.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG