Liens d'accessibilité

Ouganda : le président Museveni promet de sévir contre les insurgés somaliens d’al-Shabab


Le président Museveni a dit qu’il ne sait pas ce qui est advenu d’eux. « Ils disent qu’ils sont des révolutionnaires, mais leurs actions sont ce qu’il y a de plus réactionnaire, de plus rétrogrades. Des lâches ! de vrais criminels ! s’ en prendre à des gens regardant tout simplement du football ? » s’est-il insurgé.

Le président ougandais Yoweri promet des représailles aux islamistes somaliens d’al-Shabab qui ont revendiqué la responsabilité du double attentat suicide de dimanche, à Kampala.

Le leader ougandais a invité la presse dans sa maison de campagne, à 500 km de Kampala, pour leur exprimer son indignation au sujet de ces attentats, qui visaient des fans regardant la finale de la Coupe du monde 2010 à la télévision. Il a accusé de puissants groupes extrémistes du Moyen-Orient d’avoir pris le contrôle d’al-Shabab dans le but de faire de la Somalie un repaire sûr pour terroristes.

Il s’est dit « très, très furieux, très en colère. Très en colère, mais également pas surpris, parce que c’est bien dans le caractère de ces groupes moyen-orientaux. » Le président Museveni a dit qu’il ne sait pas ce qui est advenu d’eux. « Ils disent qu’ils sont des révolutionnaires, mais leurs actions sont ce qu’il y a de plus réactionnaire, de plus rétrogrades. Des lâches ! de vrais criminels ! s’ en prendre à des gens regardant tout simplement du football ? » s’est-il insurgé.

Le chef de l’Etat ougandais a dit qu’il usera de sa position d’hôte du prochain sommet de l’Union africaine pour faire augmenter les effectifs de la force africaine de maintien de la paix en Somalie, forte de 5000 hommes. L’Ouganda, qui en est le principal contributeur, s’est joint à d’autres pays est-africains pour appeler à l’établissement d’une mission internationale de 20 000 hommes en faveur de la Somalie. Entre temps, Kampala a fait savoir qu’il enverra 2000 soldats additionnels dans ce pays.

Plusieurs leaders politiques et commentateurs ougandais de même qu’est-africains ont appelé au rapatriement des soldats ougandais. « Ceux qui disent que le meilleur moyen d’éviter les problèmes est une reddition pure et simple de l’Afrique face aux terroristes du Moyen-Orient, hé bien, ceux-là ont absolument tort » a déclaré le président Museveni, qui aime bien se remémorer ses activités de leader rebelles, n’est pas de cet avis.

« L’approche correcte est de veiller à ce que les peuples d’Afrique jouissent de leur liberté, pour laquelle nous avons combattu », a-t-il dit, ajoutant qu’il s’est battu pour la liberté et non pour subir l’esclavage de quelques groupes désorientés du Moyen-Orient.

Pour l’heure, la police ougandaise se refuse à tout commentaire au sujet de l’enquête relative aux attentats de dimanche, ou sur les six suspects arrêtés en rapport avec cette affaire, et dont certains seraient d’origine est-africaine.

XS
SM
MD
LG