Liens d'accessibilité

L'UE finalise son projet sensible d'un corps européen de gardes-frontières


Des migrants guidés de la Slovénie à la frontière autrichienne, le 18 novembre 2015. (REUTERS/Leonhard Foeger)

Des migrants guidés de la Slovénie à la frontière autrichienne, le 18 novembre 2015. (REUTERS/Leonhard Foeger)

Ce projet permettra d'imposer l'intervention de ce corps à un Etat membre ne parvenant plus à contrôler une frontière extérieure de l'UE, mais n'ira pas jusqu'à priver un pays de sa souveraineté dans la gestion de ses frontières.

Le projet d'un corps européen de gardes-frontières, que doit présenter mardi la Commission européenne, va donner la possibilité d'imposer l'intervention de ce corps à un Etat membre ne parvenant plus à contrôler une frontière extérieure de l'UE, rapportent vendredi 11 décembre des médias.

Mais ce projet, s'il est accepté par les Etats membres de l'UE, n'ira pas jusqu'à priver un pays de sa souveraineté dans la gestion de ses frontières, a toutefois nuancé une source européenne, interrogée par l'AFP.

Le projet de création d'un corps européen de gardes-côtes et de gardes-frontières, annoncé depuis septembre, doit être présenté mardi devant le Parlement européen à Strasbourg.

Il fait partie d'une série de nouvelles propositions préparées par l'exécutif européen pour que l'UE reprenne la maîtrise de ses frontières extérieures, mises sous pression par un afflux sans précédent de migrants.

"Le contrôle effectif de nos frontières extérieures est une condition vitale pour s'assurer que les accords de Schengen (régissant la libre-circulation) ne soient pas menacés", a déclaré vendredi devant la presse le porte-parole de la Commission européenne, se refusant à dévoiler plus en détails le projet.

Selon le quotidien belge "Le Soir" ainsi que le "Financial Times", l'exécutif européen souhaiterait qu'il soit possible d'imposer une intervention de gardes-frontières européens à un Etat déficient dans le contrôle d'une frontière extérieure de l'UE.

Renforcer le rôle de Frontex

L'agence européenne Frontex, chargée de la coordination de la gestion des frontières extérieures, dépend des ressources apportées par les Etats membres et ne peut intervenir dans sa forme actuelle qu'à la demande d'un Etat membre.

C'est ce que Frontex va faire à la frontière gréco-macédonienne et en mer Egée, après une demande d'Athènes qui a trop tardé à être formulée selon les autres Etats membres. D'où l'idée d'une procédure plus contraignante que pourrait lancer la Commission.

Mais "il ne sera jamais possible pour un garde-frontière européen d'intervenir dans une opération à une frontière sans l'accord du pays concerné", a souligné à l'AFP la source européenne.

L'exécutif européen souhaite renforcer considérablement le rôle actuel de Frontex pour en faire une agence aux effectifs et aux prérogatives renforcés, a confirmé la source.

"L'objectif serait d'avoir un corps européen composé de mille personnes à l'horizon 2020", et rapidement mobilisable, a dit cette source, mais "l'idée c'est de pouvoir aider plus rapidement un Etat en difficulté, pas de le priver de sa souveraineté".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG