Liens d'accessibilité

Tunisie : un journal publie les portraits d'une centaine de jihadistes présumés tués en Syrie


la police montée déployée à Sousse après l'attaque de juin contre des touristes dans cette station balnéaire

la police montée déployée à Sousse après l'attaque de juin contre des touristes dans cette station balnéaire

Un quotidien tunisien pro-gouvernemental a publié dimanche sur huit pages les photos de jihadistes présumés tunisiens tués, selon ce journal, en combattant dans les rangs des groupes extrémistes contre l'armée syrienne.

Ces photos montrent les visages de 122 jihadistes présumés dont la majorité sont des jeunes morts en 2013 et 2012, selon Essahafa, le premier journal tunisien à publier une telle galerie de portraits.

Une bonne partie de ces jihadistes avaient rejoint les rangs du groupe de l'Etat islamique (EI) et d'autres la branche d'Al-Qaïda en Syrie, le Front Al-Nosra, a indiqué le quotidien qui ne cite pas de source.

Contacté par l'AFP, le ministère de l'Intérieur a refusé de donner des chiffres sur le nombre des jihadistes tunisiens présents en Syrie et de ceux qui y sont décédés. Le ministère des Affaires étrangère n'a pas répondu.

Des experts de l'ONU ont évalué à plus de 5.500 le nombre de Tunisiens en Syrie, soit "l'un des plus élevés" parmi les combattants étrangers. La majorité d'entre eux "semblent être jeunes, souvent âgés de 18 à 35 ans", qui "viennent de milieux socio-économiques défavorisés mais aussi des classes moyenne et plus aisées", selon eux.

Le Premier ministre Habib Essid avait affirmé en juillet devant le Parlement que 15.000 jeunes Tunisiens avaient été empêchés de rejoindre les jihadistes dans les zones de conflit.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG