Liens d'accessibilité

Tunisie : plus d'une trentaine de jihadistes tués dans des attaques sans précédent près de la Libye


Des coups de feu sont entendus à El Aouija, à l'extérieur de Ben Guerdane à 650 km de Tunis, le 2 mars 2016. (AP Photo)

Des coups de feu sont entendus à El Aouija, à l'extérieur de Ben Guerdane à 650 km de Tunis, le 2 mars 2016. (AP Photo)

Au moins 35 jihadistes, 10 membres des forces de l'ordre et sept civils tunisiens ont été tués lundi 7 mars dans des affrontements armés à Ben Guerdane, près de la frontière avec la Libye.

Trente cinq jihadistes ayant attaqué à l'aube des bâtiments des forces de l'ordre dans cette ville du sud-est tunisien ont péri, tout comme six gendarmes, deux policiers, un douanier et un soldat, ont indiqué les ministères de l'Intérieur et de la Défense dans un communiqué conjoint. Ils ont également fait état de la mort de sept civils dans le cadre de ce bilan encore provisoire.

Ces attaques ont mené Tunis à fermer tous les postes-frontières. Les patrouilles terrestres et aériennes seront également renforcées le long de la frontière avec la Libye, un pays où le chaos politique a entraîné le renforcement des jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

Les attaques à l'aube, ont visé une caserne de l'armée, un poste de police et un poste de la garde nationale (gendarmerie) à Ben Guerdane, une localité située à quelques kilomètres seulement de la Libye.

"Les unités sécuritaires et militaires (tunisiennes) ont pu tuer 21 terroristes et en arrêter six autres", ont indiqué dans un communiqué conjoint les ministères de l'Intérieur et de la Défense. Quatre civils dont un adolescent de 12 ans ont péri dans des circonstances qui n'ont pas été précisées.

Le ministère de la Défense avait plus tôt indiqué à l'AFP qu'un soldat avait aussi été tué.

Le nombre d'extrémistes impliqués n'a pas été précisé, mais des opérations sont toujours "en cours pour pourchasser les terroristes", selon Tunis.

Couvre-feu nocturne

Un couvre-feu a été instauré à Ben Guerdane, de 19H00 à 05H00 du matin, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

Le Premier ministre tunisien Habib Essid, qui s'est entretenu avec le président Béji Caïd Essebsi, a appelé les habitants à rester "vigilants".

En fin de matinée, établissements scolaires et administrations étaient fermés à Ben Guerdane, d'après des témoins.

Les forces de l'ordre patrouillaient les rues de la ville et incitaient par hauts-parleurs les habitants à rester chez eux, selon un correspondant de l'AFP sur place. Des soldats montaient la garde du haut de certains toits.

Des images circulant sur internet montrent des habitants observant et applaudissant les soldats. "Vive la Tunisie! Dieu est grand!", criaient-ils alors que retentissaient toujours des tirs.

Parmi les victimes civiles des affrontements figure un adolescent de 12 ans, a précisé à l'AFP un responsable de l'hôpital de la ville, Abdelkrim Chafroud. Il a également fait état de la mort de deux agents de sécurité, une information qui n'a toutefois pas été confirmée de source officielle.

Outre la fermeture des postes-frontières pour une durée indéterminée, les autorité ont également bouclé la route côtière reliant Ben Guerdane à Zarzis (nord).

Raid américain en Libye

La Tunisie est confrontée depuis sa révolution de 2011 à l'essor d'une mouvance jihadiste responsable de la mort de dizaines de policiers et de soldats ainsi que de touristes étrangers.

Cette attaque simultanée contre des installations sécuritaires, d'une ampleur inédite, intervient moins d'une semaine après une autre opération antiterroriste dans cette même région.

Cinq extrémistes venus de Libye, retranchés dans une maison, avaient alors été tués par des unités de l'armée, de la garde nationale et de la police. Un civil était mort après avoir reçu une balle perdue, et un commandant blessé.

Au moins quatre des extrémistes étaient de nationalité tunisienne, d'après les autorités, qui avaient dit avoir mis la main sur un arsenal: Kalachnikov, ceintures explosives, munitions et "grenades artisanales".

Le ministère de l'Intérieur avait indiqué avoir été informé durant les jours précédents de la possible entrée sur le sol tunisien de "groupes terroristes", à la suite d'un raid américain du 19 février contre un camp d'entraînement du groupe Etat islamique (EI) à Sabrata, dans l'ouest libyen, près de la frontière avec la Tunisie.

Ce bombardement américain avait fait des dizaines de morts, parmi lesquels aurait figuré Noureddine Chouchane, un Tunisien décrit comme un cadre opérationnel de l'EI impliqué dans deux des attaques perpétrées en 2015 en Tunisie, contre le musée du Bardo à Tunis (22 morts) et près de Sousse (38 morts).

La Tunisie, qui compte plus de 5.000 ressortissants dans les rangs d'organisations jihadistes à l'étranger selon différentes estimations, dit régulièrement son inquiétude à propos de la situation en Libye.

Pour tenter de se protéger, elle a achevé la construction d'un "système d'obstacles" sur près de la moitié des 500 km de frontière commune. Les postes frontaliers avaient déjà été fermés l'automne dernier durant 15 jours, après l'attentat suicide contre la sécurité présidentielle à Tunis (12 morts), revendiqué par l'EI.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG