Liens d'accessibilité

Tunisie : des "actions terroristes" déjouées selon le premier ministre tunisien


Habib Essid lors d'une conference de presse à Tunis, le 23 janvier 2015.

Habib Essid lors d'une conference de presse à Tunis, le 23 janvier 2015.

Le Premier ministre tunisien Habib Essid a affirmé jeudi que les cinq "terroristes" tués la veille dans la région de Ben Guerdane venaient de Libye et planifiaient des "opérations terroristes" en Tunisie.

Cinq extrémistes retranchés dans une maison dans la région de Ben Guerdane, près de la frontière avec la Libye, ont été abattus mercredi soir lors d'une opération menée par des unités de l'armée, de la garde nationale (gendarmerie) et de la police. Un civil a également été tué par une balle perdue, et un commandant blessé à la tête, selon les autorités.

Dans un communiqué publié sur la page Facebook officielle de la présidence, Habib Essid a rendu "hommage (...) au travail héroïque des unités de l'armée et de la garde nationale contre la bande terroriste introduite de Libye". Cette opération a permis selon lui de "déjouer des actions terroristes" dans le pays.

Il a annoncé la tenue d'une "réunion d'une cellule de coordination et de suivi sécuritaire" ce samedi.

Au moins quatre des cinq "terroristes" tués sont de nationalité tunisienne, a de son coté indiqué dans l'après-midi le ministère de l'Intérieur. "Les analyses sont en cours pour identifier le cinquième", a-t-il ajouté.

Auditionné au Parlement, le ministre de la Défense Farhat Horchani a souligné que les échanges de tirs avec les combattants extrémistes avaient duré plus d'une heure.

Les "terroristes", où qu'ils se trouvent en Tunisie, "ne sont plus à l'aise comme c'était le cas les années précédentes", a-t-il avancé, selon un enregistrement sonore diffusé par la radio privée Mosaïque FM.

Les autorités tunisiennes ont manifesté à plusieurs reprises leur inquiétude face au chaos en Libye et ont récemment achevé la construction d'un "système d'obstacles" sur près de la moitié des 500 km de frontière commune.

D'après elles, les auteurs des attaques au musée du Bardo en mars (22 morts) et à Sousse en juin (38 morts), revendiquées par l'EI, avaient été formés au maniement des armes en Libye.

La Tunisie compte plus de 5.000 ressortissants, en majorité âgés de 18 à 35 ans, dans les rangs d'organisations jihadistes à l'étranger, notamment en Syrie, en Irak et en Libye, selon le groupe de travail de l'ONU sur l'utilisation de mercenaires.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG