Liens d'accessibilité

Tsipras se félicite du prochain vote pour la reconnaissance de l'Etat palestinien au Parlement grec


Alexis Tsipras, Premier ministre grec

Alexis Tsipras, Premier ministre grec

Le Premier ministre grec s'est félicité, devant le président palestinien Mahmoud Abbas, du vote prévu mardi au Parlement grec en faveur de la reconnaissance de l'Etat palestinien, annonçant aussi l'officialisation du nom Palestine sur les documents grecs.

"Nous sommes particulièrement heureux que la première visite officielle du président palestinien Mahmoud Abbas coïncide avec le vote au Parlement mardi d'une résolution en faveur de la reconnaissance de l'Etat palestinien", a indiqué M. Tsipras à l'issue d'entretiens avec M. Abbas, en visite officielle pour deux jours à Athènes.

Il a souligné que "la Grèce s'engageait à l'instauration d'un Etat palestinien viable, indépendant et souverain sur la base des frontières fixées en 1967 et ayant comme capitale Jérusalem Est, un pays qui coexistera pacifiquement avec Israël".

M. Tsipras a annoncé "l'utilisation désormais du terme Palestine au lieu d'Autorité palestinienne dans tous les documents de l'Etat grec, un message à caractère particulièrement symbolique".

M. Abbas a remercié la Grèce "pour son soutien", et a souligné la concordance des points de vue entre les deux pays.

Le Parlement grec doit voter en séance plénière mardi une résolution appelant le gouvernement à promouvoir la procédure de reconnaissance de l'Etat palestinien.

"Je suis fier de dire que ce vote est particulièrement important car il a été adopté à l'unanimité" par tous les partis la semaine dernière en commission, a indiqué M. Tsipras, chose rarissime.

Quant à la reconnaissance proprement dite de l'Etat palestinien par la Grèce, M. Tsipras a espéré lundi qu'une "solution viable" serait trouvée après "des discussions substantielles" et que la Grèce "jugerait du bon moment" pour cette reconnaissance, en tenant compte à la fois des "relations fraternelles avec le peuple arabe et des relations de coopération avec Israël".

La Grèce s'est rapprochée d'Israël ces dernières années, notamment en matière énergétique, tout en conservant ses traditionnelles bonnes relations avec les Palestiniens.

Alexis Tsipras s'était rendu fin novembre en Israël et dans les territoires palestiniens. C'est au cours de cette visite qu'il avait invité M. Abbas à Athènes pour assister au vote du Parlement en faveur de la reconnaissance de l'Etat palestinien.

Au total, 136 pays ont reconnu l'Etat palestinien, dont huit en Europe : la République tchèque, la Hongrie, la Pologne, la Bulgarie, la Roumanie, Malte et Chypre l'ont reconnue avant leur entrée dans l'UE. La Suède a suivi en octobre 2014.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG