Liens d'accessibilité

Turquie : triste et colère lors de l'enterrement de l'attentat de samedi


Des manifestants contre la violence en Turquie (Archives)

Des manifestants contre la violence en Turquie (Archives)

Poursuite dans la colère des funérailles des militants de la cause kurde tués deux jours plutôt dans une attaque. Les cérémonies d’enterrement ont tourné en manifestations contre le gouvernement islamo-conservateur.

Aucun représentant du gouvernement n’a participé à ces enterrements qui se sont poursuivies à Ankara et dans d’autres villes. Certaines de 97 personnes tuées dans le plus meurtrier de l’histoire à Ankara ont été mises en terre lundi.

Le chef de file du Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde), Selahattin Demirtas, a participé à plusieurs cérémonies funéraires dans la plus grande ville de Turquie, devant des cercueils recouverts des couleurs kurdes, jaune, rouge, vert.

Près de 2.000 personnes ont participé à la cérémonie dans le district de Gazi et scandé des slogans hostiles au président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan et à son régime, criant notamment : "Etat meurtrier" ou "Erdogan meurtrier".

Le Premier ministre Ahmet Davutoglu a affirmé lundi que le groupe jihadiste Etat islamique (EI) était considéré comme le "suspect numéro 1" de l'attentat.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG