Liens d'accessibilité

Trois militants anti-esclavagistes condamnés à deux ans de prison ferme en Mauritanie


Biram Ould Dah Ould Abeid militant anti-esclavagiste et candidat malheureux à la présidentielle de 2014

Biram Ould Dah Ould Abeid militant anti-esclavagiste et candidat malheureux à la présidentielle de 2014

Biram Ould Dah Ould Abeid, président de l'Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA-Mauritanie) ainsi que Brahim Ould Bilal Ramdane, un de ses adjoints et Djiby Sow, président de l'association "Kawtal Ngam Yellitaare" ou Rassemblement pour le progrès, en langue peule, sont tous les trois condamnés à 2 ans de prison ferme. Biram Ould Abeid, candidat malheureux à la présidentielle de 2014, était jugé avec neuf co-accusés par un tribunal de Rosso dans le sud du pays. Maitre Brahim Ould Ebetty chef du collectif des avocats de la défense a fait appel.

Sept autres accusés ont été relaxés. Le procès s'était ouvert le 24 décembre à Rosso. Deux des accusés, dont Djiby Sow, ont comparu en liberté sous contrôle judiciaire. Les huit autres, dont Biram Ould Abeid, étaient détenus depuis mi-novembre à Rosso. Ils avaient été arrêtés alors qu'ils menaient une campagne pour dénoncer l'esclavage.

Les autorités mauritaniennes avaient accusé les responsables de l'IRA de mener une propagande raciste et que l'IRA n'était pas une association autorisée mais tolérée. D’ailleurs le siège de l'IRA à Nouakchott a été fermé par la police le 12 novembre dernier.

L'esclavage a été officiellement aboli en 1981 en Mauritanie et les personnes reconnues coupables d’une telle pratique risquent jusqu'à 10 ans de prison. Pour les militants contre l'esclavage ces lois ne sont pas appliquées.

XS
SM
MD
LG