Liens d'accessibilité

Trois civils abattus dans la région de Beni


Beni, Nord-Kivu, RDC

Beni, Nord-Kivu, RDC

Un conducteur de moto et ses deux passagères ont été tuées par des hommes armés dans le territoire de Beni. Cette partie de l'est de la République démocratique du Congo est le théâtre depuis près d'un an de violences que les autorités imputent à des rebelles ougandais.

Un porte-parole militaire, le lieutenant Mike Hazukay, a confirmé le drame, survenu à la tombée de la nuit vers 18h00.

"Des assaillants ont tiré sur un homme qui transportait ses deux filles à Kokola", à une cinquantaine de kilomètres de la ville de Beni, a déclaré à l'AFP Amisi Kalonda, administrateur de ce territoire du nord de la province du Nord-Kivu.

D’après M. Kalonda, les trois sont morts sur le coup.

Le conducteur de la moto et ses deux passagères ont enfreint le couvre-feu en vigueur sur cet axe routier qu'elle empruntait, explique le lieutenant Hazukay.

M. Kalonda a une fois de plus accusé les rebelles ougandais musulmans des Forces démocratiques alliées (ADF) d'être responsables de ces morts.

Implantés depuis vingt ans dans l'est de la RDC, les ADF sont accusés d'avoir tué plus de 400 civils - essentiellement à l'arme blanche, dans une série de massacres et attaques perpétrés depuis octobre 2014 dans le territoire de Beni et aux confins de la Province-Orientale voisine.

Arrêté en avril en Tanzanie, le chef des ADF, Jamil Mukulu, a été extradé en Ouganda en juillet.

Le Nord-Kivu est déchiré depuis plus de vingt ans par des conflits armés alimentés par des différends ethniques et fonciers, la concurrence pour le contrôle des ressources minières de la région et des rivalités entre puissances régionales.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG