Liens d'accessibilité

Tripoli exige des explications sur la présence militaires française dans l’est de la Libye


Le chef du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) Fayez al-Sarraj, à droite, est salué par un officier de l'armée libyenne, à Tripoli, Libye, 30 mars 2016.

Le chef du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) Fayez al-Sarraj, à droite, est salué par un officier de l'armée libyenne, à Tripoli, Libye, 30 mars 2016.

Le chef du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) a "convoqué" l'ambassadeur de France en Libye, Antoine Sivan, "pour lui faire part des protestations officielles de la Libye sur la présence (militaire) française dans l'est du pays" a indiqué le GNA.

Fayez al-Sarraj avait déjà rencontré autour de la question l’ambassadeur de France lundi à Nouakchott en marge d'un sommet de la Ligue arabe.

Selon un communiqué publié sur Facebook, M. Sarraj a exigé de l'ambassadeur "des explications officielles du gouvernement français".

La France avait annoncé la semaine dernière la mort de trois de ses militaires dans un accident d'hélicoptère en Libye, où ils menaient une mission de renseignement auprès des forces conduites par le général Khalifa Haftar.

Cet officier controversé soutient une autorité politique basée dans l'est du pays, contrairement aux grandes puissances -dont la France- qui, elles, reconnaissent la légitimité du GNA, basé à Tripoli et issu d'un accord politique scellé fin 2015 sous l'égide de l'ONU.

Pour M. Sarraj, la présence militaire française représente "une ingérence inacceptable", le GNA étant opposé à l'implication de forces étrangères en Libye sans son consentement.

Selon le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, les trois militaires décédés menaient des missions "contre le terrorisme".

Les forces du général Haftar combattent depuis plus de deux ans à Benghazi (1.000 km à l'est de Tripoli) des groupes islamistes dont l'organisation Etat islamique (EI), également combattue par les forces pro-GNA dans son fief de Syrte (450 km à l'est de Tripoli).

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est livrée aux milices armées et minée par des luttes de pouvoir et des violences qui ont favorisé la montée en puissance des jihadistes de l'EI.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG