Liens d'accessibilité

Treize étrangers libérés des zones de combat avec l'EI à Syrte


Un combattant des forces libyennes et un membre de l'ONU courent pour se protéger avec un autre combattant tout en portant sur son dos un homme lors de la bataille contre le groupe État islamique à Syrte, Libye, le 31 juillet 2016.

Un combattant des forces libyennes et un membre de l'ONU courent pour se protéger avec un autre combattant tout en portant sur son dos un homme lors de la bataille contre le groupe État islamique à Syrte, Libye, le 31 juillet 2016.

Un Egyptien, un Turc (bien Turc) et onze Erythréennes ont été libérés samedi par les forces du gouvernement d'union nationale (GNA) au cours de leur offensive pour reprendre Syrte au groupe Etat islamique (EI), a indiqué ces forces.

Les forces du gouvernement d'union nationale (GNA) annoncent avoir libéré 13 personnes samedi au cours de leur offensive pour reprendre Syrte au groupe Etat islamique (EI).

Un Egyptien, un Turc (bien Turc) et onze Erythréennes ont été libérés.

Les onze femmes étaient probablement prisonnières des jihadistes, ont-elles précisé dans un communiqué.

Les forces pro-GNA ont par ailleurs réussi à s'emparer d'une "zone après trois jours de combats avec des poches de résistance de Daech (acronyme en arabe de l'EI) qui s'y trouvaient assiégées", ont-elles ajouté, soulignant que "des opérations de ratissage sont actuellement en cours".

L'opération de reconquête de Syrte, bastion de l'EI en Libye, progresse par à-coups depuis son lancement le 12 mai, les forces loyalistes menant régulièrement de nouvelles offensives entrecoupées de périodes de calme.

Les forces pro-GNA, formées notamment par des groupes armés de la ville de Misrata (ouest), ont reconquis la majeure partie de Syrte, ville située à 450 km à l'est de Tripoli, au prix de combats qui ont fait plus de 550 morts et quelque 3.000 blessés dans leurs rangs.

Le bilan des morts dans les rangs des combattants de l'EI n'est pas connu.

La Libye est un point de passage pour des centaines de milliers de migrants, notamment d'Afrique, qui cherchent à rejoindre l'Europe. Les côtes libyennes sont à moins de 300 kilomètres de l'Italie.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG