Liens d'accessibilité

Toujours pas d'accord sur le budget entre le Congrès et la Maison-Blanche


John Boehner a réitéré sa position contre toute hausse d’impôt, sur la chaine de télévision ABC, ce dimanche

John Boehner a réitéré sa position contre toute hausse d’impôt, sur la chaine de télévision ABC, ce dimanche

Les législateurs républicains envoient des messages contradictoires quant à leur volonté de faire des compromis avec le président Barack Obama en vue de réduire à long terme le déficit budgétaire de l'Amérique. Les efforts visant à forger un soi-disant « grand marchandage » qui permettrait d'améliorer les perspectives budgétaires du pays ont été contrecarrés par la partisannerie d’un Congrès politiquement divisé.

Pendant des années, les républicains se sont fermement opposés à tout renforcement de la fiscalité dans le cadre de la recherche de solution pour la réduction du déficit. Mais début 2013, ils n'ont pu empêcher les taxes d’augmenter automatiquement sur les salaires les plus élevés.

Et depuis lors, les législateurs républicains rejettent les appels du président Obama pour un compromis contenant une réduction des dépenses, mais aussi des recettes fiscales supplémentaires pour réduire le déficit.

Le président de la Chambre des représentants, le républicain John Boehner, a réitéré sa position contre toute hausse d’impôt, sur la chaine de télévision ABC, ce dimanche.

« Le président a obtenu ses hausses d'impôts le 1er Janvier. La question sur l’augmentation des impôts est dépassée. Il est temps de faire face au problème des dépenses », a dit M. Boehner.

Mais un autre député républicain a déclaré que son parti pourrait être disposé à envisager une certaine forme d'amélioration des revenus du gouvernement fédéral si les démocrates acceptent de réformer certains programmes qui fournissent des revenus et des soins de santé aux retraités – la Sécurité sociale et le Medicare. Le sénateur Bob Corker s’est exprimé sur Fox News.

« Je pense que les républicains, s'ils voyaient une véritable réforme des programmes sociaux, seraient heureux d'examiner toute réforme fiscale qui génère des revenus supplémentaires » a dit M. Corker. « Et cela ne signifie pas l'augmentation des taux d’imposition. Cela signifie qu’il faut clore les failles. Cela signifie également que nous organisions notre système fiscal pour favoriser la croissance économique » a poursuivi le sénateur.

Il est vrai que Corker est le seul républicain à s’exprimer ainsi, mais sa déclaration a été bien accueillie par le sénateur démocrate Richard Durbin, qui s’exprimait également sur Fox News Sunday.

« Je pense que Bob Corker vient de donner une réponse honnête et constructive. Et je tiens à remercier Bob pour avoir dit cela » a affirmé le sénateur Durbin, évoquant « un ensemble de principes de base autour desquels les deux partis peuvent se rallier ».

Lors de trois déplacements au Capitole, la semaine dernière, le président Obama a exhorté les législateurs républicains à mettre fin à leur opposition à de nouvelles recettes fiscales, tout en disant aux démocrates que la réforme des programmes sociaux est inévitable. Le sénateur Durbin s’est dit d'accord avec le chef de l’exécutif.

« Dans 10-12 ans, l'assurance-maladie sera en faillite. Cette situation est inacceptable. Nous voulons faire en sorte que l'assurance-maladie soit là pour les générations à venir. Et cela signifie procéder à des réformes et des changements constructifs » a souligné M. Durbin.

Cette semaine, le Congrès va travailler sur le financement du gouvernement fédéral pour le reste de l'année fiscale. Les négociations sur un pacte budgétaire à long terme devraient se poursuivre pendant des mois à venir.

Le déficit budgétaire de cette année est estimé à 900 milliards de dollars. La dette nationale américaine dépasse les 16 mille milliards de dollars.
XS
SM
MD
LG