Liens d'accessibilité

Touadéra a prêté serment à Bangui


Le nouveau président élu en Centrafrique a, dans son serment mercredi à Bangui, juré de respecter scrupuleusement la Constitution et de préserver la paix.

Faustin-Archange Touadéra, élu président en Centrafrique le 14 février, a prêté serment sous des acclamations, dans un stade de 20.000 places à Bangui, sécurisé par les Casques bleus.

"Je jure de respecter scrupuleusement la Constitution (...) et de préserver la paix", a-t-il déclaré. Le nouveau président s'est aussi engagé à "remplir sa charge sans aucune considération ethnique" et de ne jamais exercer son pouvoir "à des fins personnelles".

Vêtu d'un costume sombre, le président a ensuite attentivement écouté le président de la Cour constitutionnelle, Zacharie Ndouba, s'adresser à lui.

"Vous incarnez désormais la nation toute entière et ses valeurs. Soyez fidèle au serment que vous avez prononcé. Vous serez le président de la réconciliation nationale", a déclaré Zacharie Ndouba, exhortant ses compatriotes à "taire nos rancoeurs et panser nos plaies".

La Centrafrique, l'un des pays les plus pauvres au monde, tente de sortir de trois années de graves violences intercommunautaires qui ont mis à mal son économie et l'ont profondément déstabilisé.

Touadéra arrive au moment où l’Etat n’existe pas, l’économie est dans le coma. Tout est priorité, selon Mathurin Momet, directeur du journal Le Confidentiel à Bangui.

La présidente de transition, Catherine Samba Panza, a remercié la communauté internationale pour son aide dans le "retour à l'ordre constitutionnel". "Vive la République centrafricaine unie, réconciliée avec elle-même et désormais engagée sur la voie de la démocratie", a-t-elle lancé.

Les chefs d'Etat de Guinée Equatoriale, Teodoro Obiang Nguema, et du Congo Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, ont assisté à la cérémonie d'investiture qui marque la fin de la transition née du renversement en 2013 de l'ex-président François Bozizé par la rébellion majoritairement musulmane de la Séléka de Michel Djotodia.

Parmi l'assistance, qui ne remplissait pas le stade, a priori pour des raisons de sécurité, Igor Ali, ingénieur, disait se réjouir "d'un grand événement qui nous permet de laisser les crises derrière nous". "Nous sommes très émus", confiait-il.

XS
SM
MD
LG