Liens d'accessibilité

Libye : Tripoli a annoncé un cessez-le-feu immédiat


Explosion d'un véhicule des forces loyales à Mouammar Kadhafi suite a une attaque des forces occidentales, entre Benghazi et Ajdabiyah

Explosion d'un véhicule des forces loyales à Mouammar Kadhafi suite a une attaque des forces occidentales, entre Benghazi et Ajdabiyah

La déclaration d’un cessez-le-feu par un porte-parole de l’armée libyenne est intervenue après que les Etats-Unis et leurs alliés eurent multiplié les frappes aériennes contre des cibles gouvernementales libyennes près de Tripoli, la capitale, dans le cadre des opérations visant à faire respecter la zone d’exclusion aérienne autorisée par les Nations Unies pour protéger les civils contre les exactions des forces gouvernementales.

Le cessez-le-feu immédiat annoncé par l’armée libyenne devait commencer dimanche à 19h TU. Une annonce du même type avait déjà eu lieu vendredi dernier, mais les forces de Mouammar Kadhafi avaient continué les attaques contre Benghazi.

L’amiral Mike Mullen, chef d’Etat-major Interarmes des Etats-Unis, a affirmé que la zone d’exclusion aérienne est effectivement mise en place. D’après lui, aucun avion du gouvernement libyen n’a survolé le pays depuis le début de l’intervention militaire lancée samedi contre les forces aériennes et terrestres de Mouammar Kadhafi.

Les Etats-Unis ont utilisé des F-15 et F-16 et trois bombardiers furtifs B-2 avant l’aube contre les forces de Kadhafi, a expliqué le commandement central américain en Allemagne. L’amiral Mullen précise que les troupes libyennes près de Benghazi étaient ciblées, afin de les empêcher de descendre sur le bastion de l’opposition.

Les avions occidentaux ont également largué des bombes sur les faubourgs de Tripoli, tôt dans la matinée de dimanche, suscitant des tirs de DCA des forces loyales au leader libyen Mouammar Kadhafi. Le chef d’Etat-major Interarmes des Etats-Unis, l’amiral Mike Mullen, a dit à des chaines de télévision américaine que les opérations initiales pour faire respecter la zone d’exclusion aérienne se sont bien passées.

“Nous avons eu très tôt un impact très important dans l’établissement de cette zone d’exclusion aérienne, et l’appui de la mission, qui est de protéger les civils et aussi d’ouvrir des couloirs et de créer les conditions pour l’aide humanitaire. Donc, je dirais que la zone d’exclusion aérienne, qu’on nous avait demandé de mettre en place, est effectivement en place “, a-t-il affirmé.

Selon un porte-parole du Pentagone, plus de 112 missiles de croisière Tomahawk ont été tirés samedi à partir de navires et de sous-marins américains et britanniques en Méditerranée. Plus de 20 cibles jugées être « une menace directe aux forces de la coalition ».

La résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies autorise le recours à « tous les moyens nécessaires » pour protéger les civils contre les attaques des forces loyales à Mouammar Kadhafi.

Avant que les forces libyennes annoncent un cessez-le-feu, Mouammar Kadhafi avait assuré que son pays était prêt pour « une longue guerre ». Dans une bande sonore diffusée par la télévision d’état libyenne, le colonel Kadhafi avait déclaré que « rien ne justifie » l’ingérence des Etats-Unis et des nations européennes. Les frappes aériennes équivalent, a-t-il dit, à du terrorisme. Il s’est juré d’user de représailles contre des cibles civiles et militaires en Méditerranée, disant que la région a été transformée en « véritable champ de bataille ».

« Toute la population du monde entier est contre vous. Vous échouerez comme Hitler a échoué, comme Napoléon a échoué, comme Mussolini a échoué », a martelé le leader lybien.

La Ligue Arabe a critiqué les frappes aériennes contre la Libye, une semaine après avoir demandé aux Nations Unies d’imposer une zone d’exclusion aérienne au dessus de ce pays. Selon le SG de la Ligue, Amr Moussa, c’est parce que l’intervention va au-delà de ce que voulait la Ligue. « Elle veut protéger les civils, et non pas les bombarder », a expliqué au Caire M. Moussa.

De son côté, la Russie a demandé à la communauté internationale d’arrêter ce qu’elle appelé l’usage « aveugle » de la force en Libye, disant que des civils étaient tués. Dans un communiqué publié dimanche, le ministère russe des affaires étrangères a dit que les frappes aériennes incluaient des « cibles non-militaires » et avaient fait 48 morts et plus de 150 civils blessés.

La Russie, tout comme la Chine, s’était abstenue lors de l’adoption de la résolution du Conseil de sécurité autorisant le recours « à tous les moyens nécessaires » pour protéger les civils libyens et faire respecter un cessez-le-feu.

Des milliers de Libyens s’étaient rassemblés dans le complexe fortifié où Kadhafi vit à Tripoli pour, disaient-ils, former un « bouclier humain » contre d’éventuels raids aériens.

En visite au Brésil, le président Barack Obama avait déclaré samedi que Kadhafi n’avait pas laissé le choix aux coalisés. « Malgré les déclarations vides de son gouvernement, il a ignoré les appels internationaux pour un cessez-le feu. Ses attaques contre son propre peuple ont continué, ses forces ont continué d’avancer, et le danger pour le peuple libyen s’est accru », a-t-il déclaré.

XS
SM
MD
LG