Liens d'accessibilité

Tollé suite à la vidéo des détenus de Lampedusa, "désinfectés" comme des bêtes


Des clandestins à Lampedusa

Des clandestins à Lampedusa

Une onde de choc a traversé l’Europe et le monde, suite à la diffusion d'images prises dans le centre d'accueil de Lampedusa, dans le sud de l’Italie. On peut observer sur la vidéo en question des hommes et des enfants nus, abandonnés dans le froid avant d'être « désinfectés » à coups de jets d’eau contenant des produits contre la gale – comme des bêtes, fait valoir l’un d’eux.

Rome, menacée de sanctions par la Commission européenne (CE), a promis de diligenter une enquête après ces images bouleversantes. « Nous avons ouvert une enquête sur les traitements épouvantables dans beaucoup de centres de rétention, dont celui de Lampedusa, et nous n'hésiterons pas à lancer une procédure d'infraction », a annoncé Cecilia Malmström, Commissaire européenne aux Affaires intérieures.

A noter que de nombreuses personnalités italiennes se sont déclarées « chavirées » par les traitements infligés aux clandestins.

Jean Roger Bion a joint en Italie le journaliste d’origine camerounaise Faustin Akafack, secrétaire général du réseau MIER (Media Interculturel Emilia Romagna), qui regroupe tous les media de la diversité du département Emilia Romagne dans le centre nord de l’Italie.

« Le problème avec cette question de Lampedusa, c’est que c’est géré par des structures privées qui gagnent des marchés, et personne ne fait ce qu’il faut pour vérifier si les conditions sont humaines », explique M. Akafack. Il faut des incidents comme la diffusion de cette vidéo pour que le public se scandalise, ajoute-t-il, dénonçant une hypocrisie généralisée. « C’est dommage », souligne-t-il.

La vidéo a été diffusée plus de deux mois après la tragédie qui a frappé Lampedusa. Le 4 octobre dernier, au moins 366 personnes sont mortes dans le naufrage d’un navire surchargé avec près de 500 personnes à bord. Les victimes étaient surtout des femmes et des enfants.Chaque mois, Lampedusa est prise d’assaut par des milliers de clandestins venus d'Afrique et du Moyen-Orient. Des milliers de migrants ont trouvé la mort en essayant de gagner cette petite île située à mi-chemin entre la Tunisie et la Sicile, au sud de Malte.

« Une fois les caméras éteintes, les micros éteints, tout redevient normal » s’indigne M. Akafack. « C’est vrai que les gouvernant, ils le disent souvent, ils sont abandonnés un peu à eux-mêmes, mais ils ne disent pas la vérité, à savoir que l’Union européenne (UE) investit beaucoup, beaucoup de fonds pour gérer le phénomène de l’immigration sur les côtes européennes ». A son avis, il faudrait que l’Italie respecte mieux les droits humains et modifie sa législation draconienne sur l’immigration.
XS
SM
MD
LG