Liens d'accessibilité

Togo : la police empêche les militants de l’UFC tendance Fabre de manifester


La police togolaise a repoussé mardi des militants de l’UFC à Lomé à coups de gaz lacrymogènes pour empêcher la tenue d'un congrès de l'opposition qui affirme qu'il y aurait plusieurs personnes blessées.

Le congrès dit "extraordinaire" a été convoqué par l’une des deux factions au sein de l'Union des Forces du Changement, divisée depuis quelques mois à cause de l'entrée au gouvernement en mai dernier de certains de ses membres.

Lundi, les deux factions avaient chacune annoncé la tenue cette semaine d'un congrès extraordinaire. Le gouvernement ne reconnaît pas la faction dirigée par Jean-Pierre Fabre. En revanche, celle dirigée par Gilchrist Olympio, qui a convoqué son congrès pour jeudi, est reconnue.

Monsieur Fabre aurait été lui-même pourchassé par la police « et des dizaines de personnes ont été appréhendées » explique Eric Dupuy, le secrétaire à la communication de l’UFC ; précisant que « le siège du parti a été investi par les forces de l’ordre ».

Aussi, affirme Eric Dupuy, « Monsieur Jean-Pierre Fabre a été poursuivi par les gendarmes toute la journée ; il ne pouvait pas se déplacer dans la ville sans être accompagné par des forces de l’ordre. Malgré cela, nous avons pu nous réunir… », ajoute le secrétaire à la communication du parti.

Le congrès a en effet eu lieu, et a rendu publique le nouveau bureau de l’UFC, ayant choisi comme président Jean-Pierre Fabre, affirme Eric Dupuy.

XS
SM
MD
LG