Liens d'accessibilité

Tirs d'̈éléments Séléka sur la foule à Bangui: au moins un mort


Des éléments Séléka

Des éléments Séléka

Des ex-rebelles présumés de Séléka ont ouvert le feu mercredi dans un quartier de Bangui, capitale de la Centrafrique (RCA). Les tireurs ont ciblé une foule qui avait érigé des barricades pour protester contre l'enlèvement d'un jeune soldat.


Mardi, un incident similaire était survenu entre la population et des hommes armés, qui ont lancé une grenade après avoir tenté de voler des motos.

Le calme est revenu mercredi en début d'après-midi, notamment grâce à l’intervention de la Force Multinationale pour l’Afrique Centrale (Fomac), dont les éléments ont essuyé des tirs.

L’insécurité en Centrafrique est quasi quotidienne depuis des mois, à cause de la libre circulation d’armes, des problèmes socio-économiques récurrents qui exacerbent les tensions intercommunautaires, et de la persistance des tensions entre les ex-Séléka et des éléments de l’ancienne garde présidentielle du président François Bozizé, qui a été renversé en mars dernier.

Selon le journaliste Romary Gonessa, qui était joint à Bangui par Nathalie Barge, les Séléka ont recherché le jeune militaire dans le troisième arrondissement de la ville. « Ils l’ont emporté loin, ils l’ont tabassé, et comme la population était sur place, la population était très remontée, vu ce qui était passé depuis dimanche et lundi », a-t-il ajouté, évoquant l’assassinat d’un ancien membre de la garde présidentielle du président déchu, Bozizé.

Toujours selon M. Gonessa, les tirs de la Séléka mercredi auraient fait deux morts et des blessés, alors que l’Agence France Presse, citant des sources policières, évoque au moins un mort et plusieurs blessés parmi les civils.
XS
SM
MD
LG