Liens d'accessibilité

Tirs contre un convoi du Premier ministre Sarraj en Libye

  • VOA Afrique

Le Premier ministre Fayez al-Sarraj rencontre le chef de la diplomatie européenne à Bruxelles, Belgique, le 2 février 2017.

Le Premier ministre Fayez al-Sarraj rencontre le chef de la diplomatie européenne à Bruxelles, Belgique, le 2 février 2017.

Un convoi du chef du gouvernement d'union nationale libyen (GNA) Fayez al-Sarraj a essuyé lundi des tirs à Tripoli, ont indiqué les porte-parole du GNA et du Conseil d'Etat libyen.

Selon le premier, l'incident n'a pas fait de blessés mais le second a indiqué que deux gardes avaient été touchés.

"Le convoi du chef du GNA Fayez al-Sarraj et du président du Conseil d'Etat Abderrahmane el-Swehli a essuyé des tirs lors de son passage près du secteur d'Abou Slim à Tripoli. Toutes les voitures du convoi étaient blindées. Il n'y a pas eu de blessés", a affirmé à l'AFP le porte-parole du GNA Achraf al-Thulthi faisant état de l'ouverture d'une enquête.

De son côté, le porte-parole du Conseil d'Etat, Mohamed Salem, a précisé que le convoi qui roulait sur une autoroute avait fait l'objet de "tirs nourris" de la part de groupes armés se trouvant dans un bâtiment situé à proximité du siège du Conseil d'Etat.

Deux gardes ont été blessés selon M. Salem.

Pays aux riches ressources pétrolières, la Libye est déchirée par des rivalités opposant ses différentes milices et tribus depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi.

Aujourd'hui, deux autorités politiques se disputent le pouvoir: d'un côté, le GNA basé à Tripoli et de l'autre une autorité rivale qui contrôle une grande partie de l'Est libyen et s'appuie sur le Parlement élu de Tobrouk.

Mais dans la capitale, où le premier ministre désigné Fayez al-Sarraj n'arrive toujours pas à assoir son autorité, un ancien chef de gouvernement, Khalifa Ghweil, écarté en avril après la formation du GNA, continue à le défier.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG