Liens d'accessibilité

Tiangaye: Dotodja accepte la mise en place d'un processus de transition démocratique


Selon M. Nicolas Tiangaye, le dirigeant de la rébellion Séléka a accepté les recommandations des dirigeants de la CEEAC

Selon M. Nicolas Tiangaye, le dirigeant de la rébellion Séléka a accepté les recommandations des dirigeants de la CEEAC

Suite aux discussions à Ndjamena mercredi, où s’est tenu un sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale, le premier ministre du gouvernement d’union nationale de la Centrafrique (RCA) a confirmé à la Voix de l’Amérique (VOA) que Michel Dotodja - le chef de la rébellion Séléka qui s’est autoproclamé président – a approuvé la mise en place d'un processus de transition démocratique.


Ce processus prévoit notamment la désignation par un Conseil national de transition (CNT) d'un président intérimaire pour une période inférieure à 18 mois, conformément aux recommandations des chefs d'Etat.

« Oui il est entièrement d’accord » a dit M. Nicolas Tiangaye. « Je pense que le problème ne se pose pas dans la mesure où il s’agit une approche qui permet de conférer une certaine légalité et légitimité à l’action qui est menée aujourd’hui pour mener la transition à son terme ». Le principe selon lequel on ne doit pas accéder au pouvoir par la force a été affirmé, a ajouté M. Tiangaye.

Le CNT sera chargé de rédiger une nouvelle Constitution et aura aussi un rôle législatif. A noter que le délai de 18 mois « ne semble pas réaliste », selon le premier ministre centrafricain. « Mais puisque cela a été proposé par le chef d’Etat, nous prenons acte, puis nous allons nous battre » pour tenir ce délai, a dit M. Tiangaye

Mercredi, le président tchadien Idriss Deby, a conclu qu’en « l'état actuel des choses, il est impossible de reconnaître un président autoproclamé ».

Dans son entretien avec la VOA, M. Tiangaye a paru rassuré pour la Centrafrique, qui peut ainsi éviter des sanctions plus sévères en se pliant aux volontés des acteurs régionaux et internationaux.

A noter que dans un communiqué publié jeudi, le gouvernement tchadien a démenti « catégoriquement » les accusations graves lancée par le président François Bozizé selon lesquelles le Tchad a aidé les rebelles de la rébellion Séléka à prendre le pouvoir à Bangui il y a une dizaine de jours.

Selon les média, M. Djotodia a reçu jeudi à Bangui une délégation composée des ministres des Affaires étrangères des pays de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC) et de représentants de l'Union africaine (UA) et de l'Organisation internationale de la francophonie. C’est à cette occasion qu’il a accepté les propositions des chefs d'Etat d'Afrique centrale, sur lesquelles ces derniers s’étaient accordés mercredi en sommet à N'Djamena.
XS
SM
MD
LG