Liens d'accessibilité

Libye : l’armée américaine perd un avion de chasse


Un avion des forces italiennes

Un avion des forces italiennes

Pour la troisième nuit consécutive, les forces aériennes de la coalition ont bombarde la Libye. Débutée samedi dernier, l’opération Aube de l’Odyssée a pour objectif de protéger les civils contre les attaques du Colonel Kadhafi qui dirige la Libye depuis plusieurs décennies. Pour se faire l’ONU a décidé d’imposer et faire respecter une zone d’exclusion aérienne sur le territoire Libyen.

L’armée américaine déplore la perte d’un de ses avions de chasse lundi, dans le cadre de l’intervention militaire en Libye contre Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis plus de 40ans. Les deux membres d’équipage du F-15 ont été éjectés de l’avion et sont sains et saufs.

C’est un problème mécanique qui est à l’origine de l’accident, affirme Vince Crawley, un porte parole de l’Africom, le commandement militaire américain pour l’Afrique.

Lundi soir, les forces françaises, britanniques et américaines, faisant partie de la coalition, ont pilonné la Libye pour une troisième nuit consécutive. Objectif : détruire le système de défense anti aérienne du Colonel Kadhafi et protéger les rebelles.

En visite au Chili, le président américain Barack Obama a répété que les Etats Unis voulaient que Muammar Kadhafi quitte le pouvoir mais il a precisé que le dirigeant libyen n’était pas la cible des opérations militaires en cours. Les outils pour le guider vers la sortie sont déjà en place, tels qu’un embargo sur les armes et le gel des avoirs, a rappelé Monsieur Obama.

Lundi le Premier ministre britannique, David Cameron, a expliqué que la coalition avait neutralisé les défenses anti aériennes du colonel Kadhafi et avait progressé dans sa mission de protection des civils. D’après lui, l’intervention a permis d’éviter ce qu’il a qualifié de « massacre sanglant » des habitants de Benghazi, le berceau de la rébellion anti-Kadhafi.

Le Général Américain, Carter Ham, a annoncé lundi que les forces de la coalition vont étendre la zone d’exclusion aérienne autorisée par les Nations Unies. Cependant, les bombardements menés par la coalition vont être moins fréquents, sauf si quelque chose d’inattendu se produit.

Les Etats-Unis entendent diminuer leur rôle dans cette intervention. Se pose ainsi la question du commandement des opérations jusqu’alors assuré par l’armée américaine. Les ambassadeurs de l’Otan devaient se réunir mardi pour discuter de cette passation de relais. Ils se demandent si les forces de l’Alliance doivent prendre les commandes de cette mission visant a faire respecter une zone d’exclusion aérienne.

La France s’est notamment montrée réticente à cette idée, notamment parce que des pays arabes alliés sont contre un commandement de l’OTAN.

De leur côté, les rebelles qui avaient été chassés par les forces loyales à Kadhafi doivent tirer parti de cette intervention. Mal organisés, ils tentent notamment de reprendre le contrôle d’Ajdabiya, une ville de l’est libyen. Mais lundi, ils se sont heurtés aux roquettes et aux blindés des forces pro-gouvernementales qui ont réussi a les repousser et qui contrôlent toujours les entrées de la ville.

La coalition n’a pas été mandatée pour soutenir les rebelles, a souligné le General Ham.

XS
SM
MD
LG