Liens d'accessibilité

Thaïlande : on est sans nouvelles des principaux dirigeants politiques


Des soldats interpellant des manifestants à Bangkok

Des soldats interpellant des manifestants à Bangkok

L’ex-Premier ministre thaïlandais, Yingluck Shinawatra, qui a été évincée du pouvoir, et des dizaines d'autres personnalités politiques, ont disparu après avoir été convoquées par les chefs militaires qui ont pris le pouvoir cette semaine.

Selon certains média, la sœur du controversé Thaksin Shinawatra a été arrêtée.

Après avoir été convoqués par l'armée, Mme Yingluck et d'autres leaders se sont rendus dans une base militaire à Bangkok vendredi. Parmi eux : le Premier ministre par intérim du pays, Niwattumrong Boosongpaisan. Jusqu'au coup d'Etat, il était chef du gouvernement, la justice ayant forcé Mme Yingluck à démissionner.

L’agence Reuters, qui cite un haut responsable de l'armée thaïlandaise, précise que Mme Yingluck pourrait être détenue « pendant une semaine ». L'armée a déjà interdit à Mme Yingluck et plus de 150 autres personnalités politiques de quitter la Thaïlande sans autorisation.

Entre-temps, les chaines de radio thaïlandaises ont recommencé à diffuser vendredi soir.

Selon le général Prayuth Chan-ocha, le coup d’Etat perpétré jeudi vise à rétablir l'ordre public et imposer des réformes politiques. Le putsch est intervenu au terme de plus de six mois d’affrontements politiques et de manifestations parfois violentes.

L'ambassadeur des Etats-Unis en Thaïlande, Kristie Kenney, a dit à la Voix de l’Amérique (VOA) vendredi que Washington reste préoccupé par la situation des droits humains dans le pays. Les États-Unis et d'autres gouvernements occidentaux réclament un retour rapide à un régime civil, et ont critiqué l'intervention militaire, la jugeant « inutile ».
XS
SM
MD
LG