Liens d'accessibilité

Thaïlande : les Etats-Unis exigent un retour à la démocratie


Les troupes thaïlandaises dans les rues de Bangkok

Les troupes thaïlandaises dans les rues de Bangkok

Condamnant « le recul de la démocratie » en Thaïlande, Chuck Hagel a annoncé aux délégués prenant part au Dialogue de Shangri-La que les États-Unis ont suspendu leurs relations militaires de longue date avec ce pays.

Le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, a demandé aux dirigeants du coup d'État en Thaïlande de libérer les détenus et d’organiser immédiatement des élections générales. Le patron du Pentagone réagissait à une déclaration du chef de l’armée thaïlandaise, le général Prayuth Chan-Ocha, selon laquelle le retour à un régime civil prendrait probablement au moins un an.

S'exprimant lors d'une conférence sur la sécurité asiatique à Singapour samedi, M. Hagel a également appelé la junte thaïlandaise à cesser ses restrictions à la liberté d'expression, y compris l'interdiction des rassemblements politiques de plus de cinq personnes et un contrôle strict des médias.

Condamnant « le recul de la démocratie » en Thaïlande, Chuck Hagel a annoncé aux délégués prenant part au Dialogue de Shangri-La que les États-Unis ont suspendu leurs relations militaires de longue date avec ce pays.
Un détachement féminin de la police anti-emeute à Bangkok

Un détachement féminin de la police anti-emeute à Bangkok

Dans un discours à la télévision nationale vendredi soir, le général Prayuth a dit qu’un processus de réconciliation et de réforme politique doit avoir lieu avant les élections. Il a passé une grande partie de son discours à rassurer le public que l'économie thaïlandaise est forte et que les investisseurs devraient rester confiants.

Cependant, il a sommé les manifestants d'arrêter leurs actions contre le coup d'Etat militaire de la semaine dernière, parce que, a-t-il dit, le conflit va ralentir le processus de rétablissement du régime civil.

Des centaines de soldats thaïlandais ont bouclé les principales intersections de Bangkok jeudi pour empêcher un rassemblement de l'opposition prévu ce jour-là. Les dirigeants militaires ont interdit les manifestations et arrêté des centaines de fonctionnaires gouvernementaux, de politiciens et de militants anti-putsch depuis leur prise du pouvoir la semaine dernière. La plupart de ces personnes ont été libérées après avoir promis de s'abstenir de manifestations publiques, mais d'autres font face à des poursuites judiciaires.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG